jeanchristophelaforgephotographe

25 septembre 2007

Photographe de Prises de Vie

 

                 Photographe, Passionnément...

 

clip_image001

 

                                                         PHOTOGRAPHIER

                                La peur d'égarer les émotions qui enrichissent la vie.

          Partager pour se rassurer, se convaincre face à ses fragilités,

          Partager pour témoigner des merveilleux moments d'être vivant.

Quand on sent, écoute, goûte et touche, quand on rencontre et s'enrichit.

          Et toujours envie d'être .


          PHOTOGRAPHIER

          Pour ne rien manquer et ne rien perdre, jamais de sa vie.

 

rose jcl

 

Je suis issu d’un Pays riche par sa diversité, aux confins du Périgord, du Limousin et de l’Angoumois.

Il est de calcaire, d’argile ou de granit, il est de haies, d’étangs  de rivières et de ruisseaux, de collines, de plaines et de forêt en quelques dizaines de kilomètres. Il émerveille.

Une langue commune, l'Occitan, ce patois limousin fleuri et chaleureux.

Les émotions sont au bord des chemins et aux détours des villages, dans les mains et sur les visages.

Je capture ces instants.

A l’incessante rencontre de la vie telle qu’elle est vraiment,  j’ai aimé la nature, le patrimoine bâti qui laisse une trace tactile,  les savoir-faire embarquant vers les savoir-vivre.

La richesse de chacun, voilà la véritable émotion, voilà la culture sociale éminente avec ses différences.

Les belles découvertes existent toujours, je les multiplie.

Le récit photographique me passionne.

La lecture du cliché, cet l’instant où l’imagination crée tout un monde,  c’est sa liberté née de son intime préférence. C’est un espace de bonheur et de profondeur absolu.

Des mains usées de travail, des rides qui ont sué sang et eau, des échines qui ont bravé le temps et l'angoisse, des plis qui ont pleuré ou tant aimé.

Encore la vérité de ceux qui ont sillonné la terre pour en tirer leur substance, je témoigne.

Chacun porte son histoire, les valeurs existent vraiment quand elles sont partagées et transmises.

C’est mon dessein.

 

chris dernier

Jean-Christophe Laforge

 

 

"Prises de Vie". 

Le récit photographique, la lecture d’un cliché avec des mains qui ont travaillé, des rides qui ont transpiré, encore des yeux qui ont pleuré ou tant aimé, des échines qui ont bravé le temps et les inquiétudes.

En somme la vérité des « gens de terroir », ceux qui sillonnent la terre pour en tirer la substance, toute la simplicité, la faconde  qui les accompagnent.

Je suis issu de familles qui pour l’une travaillait la terre, et pour l’autre travaillait le bois, je me souviens du courage qui y était  attaché, du labeur qui en découlait. C’est un profond respect que   je ressens à cet égard, de la fierté d’avoir reçu ces valeurs.

Chacun porte son histoire d’homme.

Une vie simple passée dans le temps, un temps qui appartient à  chacun, comme tout le monde, mais comme personne d'autre.

Ces gens de terroir, ces gens d’honneur, souvent livrés à eux-mêmes, acharnés à nourrir leur famille et le peuple à travers  l’histoire, en des temps réputés si difficiles, ce sont de grandes  histoires de simples gens fascinants.

C’est tellement compliqué de rester simple, que je suis subjugué par ceux qui savent le rester.

Alors je vais inlassablement à leur rencontre.

 


09 juin 2008

LES PETITES HISTOIRES.

332826_10150307129494178_1126498321_o

46142872

Chez Pépé et Mémé

La ferme est presque à la limite de Haute-Vienne, en plein pays granitique avec les rochers à fleur de pré, fendus de "rigaillous" gardant une humidité salutaire l'été, pour conserver une bonne herbe pour les vaches, le pays des genêts à faire la litière, en autres, le pays aussi des vipères rouges que l'on trouvait facilement quand on gardait les vaches aux "Loges", le chemin le plus long pour aller les faire paître. "Coireaud" et "Les Vergnes", c'était de la rigolade, on y était en 20, 30 minutes.  Entre 1960 et 1970, c'était mes vacances à moitié avec mes autres grands parents de l'autre côté de la commune, ceux qui l'un travaillait dans sa loge à faire des cercles, des fagots, des marquants et surtout de la latte, et elle qui était couturière du hameau de Nanteuil.

La ferme du dessus était traversée par une petite route, la partie à gauche avec la maison, la chaudière où la mémé faisait cuire les pommes de terre et les topinambours pour les cochons, on y faisait "marende" (Goûter de 4 heures). L'odeur était tendre et chaude, aujourd'hui belle et aimante comme grand-mère, les poules tentaient d'entrer picorer les patates qui sortaient de la cuve sans doute pour les mêmes raisons, un vrai dessert. La chaudière était au bout du bâtiment, au bord de la route, c'est là que quelques voisins arrêtaient leur vélo pour bavarder un peu. Le hangar devant la maison, en dessus de la mare si mystérieuse à l'entrée du petit potager. Cette mare enfoncée dans sa verdure épaisse, la source captée et identifiée par son bâti circulaire en pierre là où grouillaient têtards et autres bestioles peu visibles mais bruyantes à notre approche, effrayante aussi car si colorée d'épaisseurs végétales que l'on ne voyait pas le fond et on n'imaginait un abîme. Plus haut, derrière le hangar des outils agricoles, le jardin des conserves, haricots, petits pois, et pommes de terre bien sûr, plus grand, plus rébarbatif car à la saison cela signifiait équeuter, écosser, des travaux que je ne goûtais guère. A l'autre bout de la maison le couderc, l'espace où l'on sortait les cochons au pré en fin d'après-midi, en passant par le sentier derrière la maison, c'est le premier plan gauche de la maison, car il s'agit là de l'arrière de la ferme avec son chemin qui mène aux champs du haut. C'est là qu'il existe encore un appentis où mon grand-père faisait une brève sieste sur des sacs en toile de jute derrière la faucheuse qui stationnait là. Plus tard, il changea de site en montant sur la route de Champniers-Reilhac, à seulement 50 mètres, où il faisait son bois l'hiver et où il avait un abri, comme une loge.

A droite de la route il y avait les 2 étables avec la grange au milieu, paille et foin y étaient stockés sur le chambaras pour distribuer directement dans les crèches. C'est là que je tentais de traire à la main comme mon oncle et mon grand-père. Il y avait bien sûr des limousines mais pas seulement, 2 normandes dont je me souviens du nom de l'une, la Brune, les veaux étaient derrière les vaches attachées au mur, et il était impossible d'imaginer les détacher pour les mettre sous la mère tellement ils étaient empressés et puissants. Cette odeur d'étable, de litière souillée et de lait sentait si bon, elle m'est restée aussi. Qu'il y faisait bon l'hiver. 

Une cour, et puis un atelier, une espèce de forge pour réparer le matériel mais aussi un pressoir à vin et un autre à pommes qui ne fonctionnait plus depuis longtemps, personne ne fréquentait vraiment ces petits bâtiments en été. A l'extrême droite au premier plan, ce sont les toits à cochon, 2 ou 3 animaux qui faisaient un peu peur, la corpulence et le grognement ne m'invitaient guère à m'approcher dans mon plus jeune âge. Seule la responsabilité de mener les gorets au couderc m'obligeait à surmonter ma réticence, j'ouvrais et reculait vite, ils connaissaient le chemin, une trentaine de mètres tout au plus.

Au coin des toits à cochons, le sentier faisait le tour des étables des vaches par l'arrière et allait chez le seuls voisins avec qui la famille était fâchée, les terres et les intérêts mitoyens avaient fait leur oeuvre. A l'entrée de ce sentier tout en bordure, un noisetier inoubliable, qui aujourd'hui encore me fait planter cet arbre à chaque terrain où je puisse le faire, c'est vrai. Le goût des noisettes fraîches m'est resté de cette époque extraordinaire, parce que c'était l'enfance insouciante, toute une famille harmonieuse, avec toutes ses composantes, cela dure environ une quinzaine d'années en général, avant d'endurer les premières disparitions. J'avais même un arrière grand-père qui sortait un morceau de chocolat noir de son tiroir en bout de table quand j'allais le saluer dans la partie haute de la maison, là où mon oncle et ma tante, qui ont continué l'exploitation de la ferme, ont pris place à sa disparition, laissant les grands-parents dans la partie centrale de l'habitation.

Un peu comme les terres et leurs cultures, les générations s'inter-changeaient l'habitat au gré des générations et du chef d'exploitation si j'ose dire, puisque c'est le fils de la ferme qui  reste  qui occupe le dernier espace occupé par le disparu le plus récent. De fait, là encore, c'est un témoignage du dernier exemple en la matière, d'abord parce que cette ferme était si petite que personne ne peut en vivre aujourd'hui, et puis mon oncle n'a eu que ma cousine germaine, qui s'est destiné à d'autres projets de vie que l'élevage et la culture harassante des terrains granitiques du Périgord Vert. 

Je me souviens des après-midi que nous passions à mener les vaches aux prés, de ses premiers émois d'adolescente précoce, beaucoup plus qu'un garçon comme moi, d'autant qu'elle avait un an de plus, quand elle écoutait à la radio le hit parade et chantait à tue-tête "Que je t'aime" en duo avec Johnny au transistor Radiola, qu'elle sortait devant la maison seulement, pour ne pas l'abimer, à l'heure du retour de garder les vaches.

Mon grand rêve, je le réalisais assez tard dans l'âge, quand enfin on m'autorisa à conduire les 2 limousines attelées tirant la charrette gorgée de foin, ces bêtes qui répondaient au doigt et à l'oeil, enfin plutôt à l'aiguille, ce long bâton que l'on tapait au milieu du joug pour leur rappeler d'être attentives au chemin qu'on leur montrait de prendre. C'était autre chose que de ramasser chaque épi de blé derrière la faucheuse ou quand on chargeait les gerbes. Le meilleur et le pire pour moi, mais le meilleur ne dura pas longtemps, le premier tracteur arriva, ce fût quand même une attraction et une source d'intérêt, mon grand-père avait déjà disparu, victime d'un accident qui dégénéra en lui faisant monter un caillot de sang au poumon, une lourde roue en fer de la faucheuse lui était tombée sur le pied e la démontant, provoquant un hématome mal soigné en pleine moisson. Et ce ne fût jamais plus comme avant.

 

mesange sur l'eau copie

La solitude vous tombe dessus, c'est votre compagne par exigence, elle ne dit rien, jamais, elle vous accompagne pourtant vous ne l'avez pas appelée. Qui aime la solitude si ce n'est que pour un moment choisi? Dans un monde comme le nôtre, moderne, rutilant, c'est un fond duquel il est difficile de sortir. Dès lors qu'on échappe aux normes d'une société en mouvement permanent, gérée par le goût du pouvoir particulièrement nourri par l'argent. On est vite écarté dès lors qu'on ne rentre pas dans le rang, échappant aux standards commandés par les maîtres de la communication. Plus personne pour vous tendre la main, vous faites pâle figure...
Les écartés du travail ou de la famille sont rapidement pris dans la tourmente où seule la solitude s'assoira à vos côtés, et vous accompagnera dans vos cauchemars, ne vous laissant jamais vraiment serein et enfoncera son clou chaque jour un peu plus. Le monde brillera toujours plus pendant que vos jours s'assombriront inéluctablement. Ceux qui tendent la main, ceux qui baissent la tête, ceux qui ont besoin de vous sont nombreux. Ne restez jamais indifférent, sourire, bonjour, regard, sont des actes généreux qui réchauffent au cœur de l'hiver qui arrive. Quand le soleil manque, vous pouvez le remplacer. jcl

DSC_0092

Enfant, elle a tellement fait ce parcours! Ses souvenirs sont recouverts par le bitume. Mais du haut du village, c'était le chemin de l'école, elle allait à pied, et sûr qu'elle s'en souvient. Sa mère qu'elle promène à ses côtés le parcourait aussi pour mener et ramener les vaches. Aujourd'hui, elles parlent du présent, pas trop de l'avenir, des fois qu'il soit bien trop court. Mais le passé, les joies, le rythme, c'est sous entendu, elles n'en parlent pas, les disparus ramènent de la peine, alors il vaut mieux profiter du beau temps et respirer le présent.
 

DSC_01140

Merveilleux printemps, merveilleuse lumière, le seul temps où on aime voir défiler les années parce que c'est une nouvelle naissance. On se sent revivre, tout est faste, le soleil donne de  nouveau et ravive les couleurs de la vie. Nature forte, qui au sortir de l'endormissent de l'hiver, va renaître, créer la substantifique moelle qui fait pousser l'éternité.

Orgedeuil ferme

Une ferme ancienne toujours habitée, sur son promontoire, en haut du village qu'elle voit s'éveiller chaque matin. Le cultivateur l'est toujours malgré son âge, il se lève encore dès le lever du jour. Il veut laisser le temps filer, lui reste à son époque, un brin de confort en plus. Son environnement ne bougera plus, il a l'impression de ne plus vieillir comme ça. Seules les tourterelles ont disparu de la cage suspendue, les vaches aussi ne sont plus dans l'étable. C'est bien là son plus grand regret.

********************

DSC_0052

Maman, les petits poissons qui vont sur l'eau ont ils des ailes? C'est la question que pose cette photo! Alors qu'il est évident que ces poissons sont bien dans l'eau. Seul le premier éclaire le clan en surfant hors de l'élément. Il faut bien un guide, ceux qui n'en ont pas risquent l'égarement. Si personne ne convient que ce banc de poissons navigue dans une eau étroite et que le temps ne prévoit pas une augmentation de la masse liquide, qui voulez vous qui nous dise, sinon un guide que le réchauffement climatique est synonyme de sécheresse. Mais le guide n'est pas toujours le bon éclaireur. Alors séchons l'apport du guide, restons bien dans notre jus, et sachez qu'il n'y a pas toujours de morale aux chansons enfantines mais qu'elles peuvent aussi servir à des commentaires photographiques qui n'ont d'autres desseins que de meubler un effet d'optique qui ne vous aura pas leurré, mais distrait.

 

violoniste copie

L'étui est assorti aux chaussures ou les chaussures à l'étui. C'est selon, mais c'est l'intérieur de l'étui qui va s'assortir aux chaussures parce que c'est bien l'extérieur des chaussures que l'on voit en premier et que l'on remarque d'abord. C'est l'apparence qui est mise en avant bien avant que le musicien n'ouvre l'étui pour jouer de son instrument et délivrer son talent de musicien que l'on n'imagine pas immédiatement et ce que les chaussures ne vont pas amener à croire ...non plus. Sauf que, avant qu'il n'ouvre l'étui, on se doute, par sa forme, qu'il s'agit bien d'un violon et que celui qui le porte sait en jouer, d'autant qu'il a des chaussures bleues qui vont bien à un joueur de violon et seulement à celui ci car c'est bien un artiste et seul un artiste peut porter des chaussures bleues. Imaginez un gendarme avec des chaussures bleues! Alors que son costume est lui même bleu par ailleurs et jusqu'à son pseudonyme en forme de quolibet: "Voilà les bleus"! Ce n'est pas toujours le cas, si on en revient à la forme et à sa couleur. Chacun porte une personnalité bien enfouie, mais pas le joueur de violon qui porte étui et chaussures bleues. On le démasque vite, mais souvent c'est son jeu et l'auditoire qu'il recherche au gré de son accoutrement. Il faut bien vivre et le bleu est source d'harmonie fût elle musicale et rémunératrice. Sur le pont des amoureux à Paris, il faut au moins jouer du violon et bercer les sentiments de douces vapeurs bleutées pour consacrer son amour pour la musique. Un violon d'Ingres s'y prête forcément.

 

Abel et Toto (32)

 

Je faisais un reportage sur les métiers du bois à la demande de Jackie, son ami. Abel était menuisier ébéniste, plus de 90 ans. Et pour témoigner et transmettre, il avait accepté de revenir dans son atelier et de retoucher ses outils avec lesquels il avait tant senti la matière, tant il l'avait transformée en oeuvres d'art souvent, en objets uniques et personnels. Il nous avait dit comment il avait aimé aussi son apprenti puis son ouvrier Toto, comment il en avait fait un adulte passionné du bois également. Et Toto avait acquiescé avec affection et tendresse. Mais Abel était inquiet, son épouse hospitalisée était en fin de vie, il n'osait le dire. Une semaine plus tard, elle le quittait ainsi que ce monde autour du bois et de la matière qui fait nos bois et forêts, cette matière où il l'avait confiné pendant des décennies. Et Abel l'a suivi le lendemain. Ils sont allé au cimetière côte à côte, comme un couple uni et fusionnel, dans leur écrin de bois, pour toujours.
 

Abel et Toto (20) Abel et Toto (21)

 

Banc de nature

 

 

 

 

Ecole publique communale Cressac

L'école publique communale, et rien autour. Le service de l'enseignement sur cette petite colline comme un avènement indispensable aux enfants du village. Une commune composée de hameaux distants, alors l'école a été édifiée au bord de la route la plus passante et usitée. Quelques élèves, une dizaine, mais le même enseignement que tous les autres enfants de France, le même droit à l'instruction et... à la culture pour devenir grand, un homme rural valant autant qu'un urbain, quand on sait comment ils ont nourri leur pays et le font encore, mais avec moins d'agriculteurs devenus industriels. Mais l'école rurale doit exister encore et encore, au titre de l'égalité des chances, et sans faire des kms pour aller au regroupement et se lever 1h ou 2 h plus tôt que les autres avec le ramassage scolaire. La nation doit être équitable et prendre ses responsabilités devant le choix de vivre à la campagne de chacun, évitant que la ruralité devienne un seul sanctuaire.
 
 

Saint Felix près Blanzac Avril 2012

La charrette démembrée n'a pas fière allure. Que fait elle ici, au milieu du pré, comme une âme en peine. Il n'y a pas là matière à en faire un décor. Le cultivateur qui s'en est servi le dernier n'est sûrement plus de ce monde. Il a disparu comme cet indispensable outil de transport. Le cheval non plus n'a plus mal aux pattes. Alors il est bien triste de montrer ce squelette alors que seulement la fabrication d'un tel assemblage en bois était un art, le charron un métier nécéssaire dans la ruralité mondiale. Un savoir-faire qui a quasiment disparu. Respectez les charrettes, ne les exhibez pas sous un profil qui donne à notre récente histoire un souvenir délabré. Allez il faut bien en rire.

 

femme busserolles

Une femme au hasard d’un hameau perdu du Périgord Vert, comme toujours, je m’arrête pour la saluer.
Je parcourais la commune de mes grands-parents pour m’imprégner de nouveau de ce terroir que je chéris tant. Je sors d’un chemin de pierre que je ne connaissais pas , parti à l’aventure d’un recoin de campagne vierge pour moi, et j’arrive dans un hameau où je vois cette femme qui n’avait pas vu de ...
voiture depuis un sacré moment. Surtout sortant de ce chemin utilisé seulement par les tracteurs, bien qu’il n’y an avait plus vraiment non plus, ce hameau n’est plus habité que par des anglais en mal d’authenticité, les autres maisons sont devenues résidences secondaires par les descendants des paysans d’autrefois.
Je m’arrête donc saluer cette femme, et pour me donner une posture je parle de mon origine et celle de mes grands-parents. Mon passeport éclate du coup aux yeux de cette femme qui, se mit instantanément à me parler de ma mère, de mon père avec qui elle était allée en classe et puis de mes mémés et de mes pépés, ce qui m’emplit d’émotion. C'est ce que je recherche avec gourmandise. Au détour d’un chemin, comme ça, je confirmais toute ma démarche nostalgique au travers des survivants d’une époque qui me permet de revivre un peu mon enfance et celle de mes parents. la belle période de mon innocence.

 

Les Salles encore

C'est sûr, le vélo est là depuis longtemps...les roues sont à plat. Et la marmite, elle, elle séchait après la "vaisselle" ou déjà elle décorait le pas de porte. C'est du décor, il y en a 3, c'est même la collection. Le banc, je pense que c'était pour attendre un voisin qui passe, un voisin pour parler du bon vieux temps. Ah le bon vieux temps, il est parti lui aussi faire un tour. Pourvu que ce ne soit pas un tour de con, et qu'il fasse croire encore qu'il reviendra, alors qu'il ne reviendra jamais, parti sous d'autres latitudes, d'autres lassitudes même, tellement ce bon vieux temps semble révolu. Quand les voisins voisinnaient, quand on pouvait compter sur son prochain des fois qu'on soit dans la peine. Le bon vieux temps de l'entraide et de la fraternité quand les travaux agricoles étaient trop pénibles à assumer tout seul, les foins, les moissons, mais aussi quelques festivités nourricières dont on aimait à offrir quelques boudins quand on tuait le cochon, quelques bonnes bouteilles de bourru quand c'était les vendanges, et les chataignes quand on en faisait de la farine ou bien encore des fruits chauds pour les bonnes veillées hivernales chez les uns; chez les autres. Au bon vieux temps disparu.

 

vélo de clargourt (1)

Il est rentré du champ, fourbu, il fait si chaud aujourd'hui, il est en nage. Mais il faut encore soigner les bêtes pour la traite. Il a posé son vélo devant la grange et fait tomber du foin du chambarras. La porte est restée fermée car le peu de fraîcheur de l'étable est agréable alors que sa femme vient à peine de rentrer les vaches du pré. Il faut encore mener les veaux sous les mères et la journée va encore durer de bonnes heures.

 

charrette Villeboeuf 2012

 Posée là sous la protection de cet arbre centenaire comme pour vivre encore

alors que le temps s'est arrêté depuis des lustres déjà.

On regarde avec nostalgie l'histoire de nos grands parents paysans au travers de ce tombereau.

Ce fût un outil indispensable tiré par un cheval ou des vaches quelquefois,

ce qui ajoute une touche de belle humanité servie par des animaux de bonne compagnie.

 

ST VINCENT DE COSSE 2011 AVRIL

Au coin du bois d'Evéa, un p'tit pneu fatigué,
 il s'est assis pour reprendre son souffle.
Une fois la pression refaite, il a repris sa route,
usant gomme et crampons jusqu' à la fin de l'itinéraire.
La roue tourne pour tout le monde et quand la valve est usée,
c'est dans la chambre à air frais qu'on finit son parcours.
 
 
 
 clown école de Bouex Mai 2012
Faut pas toucher aux clowns, c'est vrai, c'est sacré un clown. Ce sont les meilleurs amis de l'enfance, ils font rire aux éclats et éveillent la belle sensibilité de l'innocence. Et puis ça pleure aussi un clown, avec l'émotion des premiers chagrins, ceux qu'on a déjà eu, ceux qui rassurent. Alors c'est le meilleur ami, celui qu'il ne faut pas toucher. C'est pour ça que c'est inscrit, au cas où ce symbôle tombe aussi, encore un. Préservons le.
 

P1030024

Le patron est parti, harassé et dépité par les mesures anti-tabac et les taxes de plus en plus fortes sur l'alcool et le commerce. Il tenait le bistrot depuis des années et des années. C'était un café particulier. Je me souviens être entré une fois avec cette impression de mélancolie diffuse mais prenante. Assis à une table, un homme dans un chaise roulante, ventripotent, le t-shirt  remonté au dessus de l'abdomen, bien imprégné d'alcool, un autre homme au fond de la salle, bien atteint lui aussi, moitié endormi, la tête dans les mains, un autre encore qui parlait de ses ennuis conjugaux, sa femme partie avec un jeune, lui sans emploi, sans beaucoup de ressources, tenant fébrilement sa énième bière. Dans cette atmosphère un peu glauque, le patron est alors allé chercher son accordéon et a joué quelques morceaux de belle musette, histoire de changer les pensées de ces 3 hommes égarés dans leurs peines et dans la boisson. Des petits airs de rien, mais de quoi donner à ce qu'ils étaient venus trouver, du réconfort, quelqu'un avec qui partager un peu de chagrin, quelqu'un qui écoute, au moins. C'est le rôle important d'un bistrot de campagne, une porte que l'on peut pousser sans risque de déranger. C'est le bar de l'accordéon, c'était...IL existe toujours mais l'accordéoniste a lui aussi de la peine, il ne joue plus à ses clients la musique qui disait: "pose ta tête sur mon épaule et dis moi ce qui ne va pas". La place du bistrot dans nos vies est quelquefois un pilier social. Eux aussi disparaissent sans compter. Tout s'en va, L'humanisme en prend un coup dur.

 

Cellefrouin Mars 2011

Contrit, il retourne à ses études. Il s'est fait éconduire, un petit coup de sabot d'Hélène pas mité du tout et demi tour il s'en retourne. Elle est pas facile Odile. Elle a ses jours et chaque tour est souvent un four. Âne ma soeur Âne ne vois tu rien revenir dit la cadette à sa benjamine la gamine Colombine, en voyant revenir son frère Nigaud au bercail? Il n'est pas encore d'âge à faire tant d'ambages, il lui faudra se mettre à la page sans remue-ménage. Le poil brillant ne reflète guère son peu de tempérament, il a beau faire le ver luisant, c'est peu bandant que le retour se faisant tout en ondulant et presque en rampant.

 

Germaine et M Rousseau 30 Oct 2011 (16)

Est ce pour se rassurer qu'il y a encore une vie, il est si bon de revenir dans son village et de venir saluer un camarade d'école, au temps des souvenirs d'il y a 70 ans , dans cette petite école où elle descendait à pied de sa ferme natale, et où elle était punie parce qu'elle parlait le patois limousin, cet occitan chantant que le maître d'école ne voulait pas entendre, lui, chargé d'enseigner en français uniquement. Les sabots de bois aux pieds, le parcours des enfants résonnait entre les murs des hameaux traversés quand le groupe s'étoffait au fil de l'itinéraire, jusqu'à l'entrée dans les classes, garçons d'un côté, filles de l'autre. A 85 ans et plus, ces souvenirs là restent, quand les plus récents s'évaporent en un instant, rendant l'autonomie un peu plus difficile chaque jour. Le sourire revient, le plaisir de se retrouver, une dernière fois?

P1030002

Un petit étang et un bateau. Ce n'est pas un bateau au long cours, non, mais certainement une embarcation à qui il manquait son élément, l'eau. En effet, on fait vite le tour de cette pièce d'eau, une barque suffirait, en 10 minutes la boucle effectuée. Alors, il faut se prendre à imaginer un capitaine abandonné, ramenant l'esquif près de ses terres, et où derrière son gouvernail il fait son tour du monde quand l'envie lui en prend. Il brave les océans, combat les tempêtes, mais découvre le monde, imagine d'autres territoires colorés aussi fertiles que ses rêves, des femmes sublimes, des enfants bruyants et excités, des forêts remplies d'oiseaux aux chants exotiques, des plaines immenses et des montagnes éxhubérantes, et un goût de vivre avec chaque jour une découverte incroyable. Mais le capitaine est là depuis toujours, né dans son limousin âpre et sur comme le granit, quelquefois si sombre qu'il en a mal au moral. Ce bateau, il l' a construit avec sa cabane effondrée, celle où déjà il partait dans les tribus africaines, apprenait des langues incroyables pour mieux partager. Il le cache un peu ce rafiot, on ne lui voit que le bout de la proue, mais il lui reste le vent en poupe, ce vent de songes qui l'emmènent si loin de nous. il aime tant voyager. Il ne connaît vraiment que ce Limousin qui l'a vu naître, où ses parents paysans n'ont eu de cesse que de le faire rester à cultiver leur lopin de terre, si beau tout de même et sauvage, pour ceux qui ont eu la chance de pouvoir comparer. Bon voyage, Armand, tu diras bonjours aux australiens quand tu passeras chez eux.

 

Loge de Roger Barrière Dournazac (5)

Loge de Roger Barrière Dournazac (1)

Je suis arrivé devant la porte, elle était fermée comme les volets. J'ai pensé que Roger était souffrant et qu'il était chez sa fille un peu plus haut dans le hameau. A 83 ans, la santé est aléatoire, c'est pourquoi il ne répondait pas au téléphone ces derniers jours quand je voulais prendre rendez-vous. Son métier de feuillardier est devenu rare au pays des feuillardiers, et je voulais faire un petit reportage sur ce savoir-faire limousin très répandu sur le territoire des Monts de Chalus autrefois. La porte fermée, je m'avançais un peu plus loin sur la droite de la demeure pour aller jusqu'à la loge, à 50 m. Tout était en place, il y avait le ban bien entendu fraichement utilisé, des marquants fabriqués il y a quelques jours, enfin l'ambiance habituelle de quelqu'un qui vient de partir à une autre tâche. Pourtant l'herbe est un peu haute autour, c'est inhabituel. Je remonte dans le hameau pour prendre des nouvelles auprès de sa fille quand je rencontre Yvonne, la doyenne à qui je demande si Roger était par là. Et Roger est parti il y a une quinzaine, le jour de ses 83 ans, pour toujours, vaincu par la maladie. Jusqu'au dernier jour il a fait les mêmes gestes, au pays du châtaignier, la matière qui l'a rendu passionné et heureux.

DSC_0208

Elle était partie au champ, son grand jardin, partie chercher un chou -fleur, quelques raves et des carottes. Elle avait un peu de temps devant elle, il était tôt. Alors elle est passé au cœur du hameau, son bout de champ se trouve de l'autre côté, et elle s'est dit que cela faisait quelques jours qu'elle ne s'était pas arrêtée voir son amie d'enfance, là derrière cette fenêtre. Elle s'est dit que ça lui ferait du bien de parler un peu, d'échanger quelques nouvelles, bavarder un peu, se dire qu'on est encore là, profiter des souvenirs en commun pour se les raconter avant qu'ils soient orphelins, sait on jamais quand on approche les 75 ans. C'est le moment de prendre son temps, car les souvenirs portent plus loin quand l'avenir est derrière comme on dit. Le rythme quotidien a baissé, on se sent moins concerné par les obligations, d'ailleurs elle n'en a plus. Un petit hameau tranquille qui vit comme autrefois, un peu comme autrefois. On voit moins de vélos accotés à un puits, et aussi de personnes qui aiment à perdre du temps en flagrant délit de fraternité. Elle reprendra son vélo, ira chercher ses légumes et au retour repassera devant la fenêtre en faisant un petit coucou à son amie qui l'attendra à passer. 

_JCL1338

Il s'insinue quelquefois chez vous de drôles de personnages, des petits lutins, gnomes ou quoi encore, qui se cachent dans vos plantes vertes et vous observent, engoncés dans leur costume de confusion. Ils se figent dès que vous portez les yeux sur eux, ils seraient des bibelots que vous auriez posés là, ils aiment la compagnie, mais ont quand même peur de vous effrayer, ils veulent rester encore et vous comprendre. Ils se voient en vous alors que tout les différencie de vous ou presque. Un nez, une bouche, certes, des oreilles, des pieds et des mains, oui. Des pieds et des mains pour s'insinuer chez vous, c'est ça leur dessein. Je ne savais pas vraiment si les contes que j'avais écoutés autrefois pouvaient se révéler être la réalité, en passant devant cette plante grasse, un petit frémissement me fît retourner immédiatement. Un petit fou vert et non pas chou fleur, je vous parlait de plante grasse, se calait contre celle-ci. J'ai fait celui qui ne l'avais pas vu, j'étais heureux d'avoir un peu de compagnie, je me demande si je ne vais pas les inviter à déjeuner, ils se couchent tôt, le repas du midi est plus adapté à faite bonne connaissance. Combien sont ils, où habitent ils, quelle est leur langue, pourra t'on se raconter de bonnes blagues et rire de tout et de rien. J'ai envie de nouveaux amis,  de colorer mes journées, de penser à autre chose, de trouver de nouveaux chemins, j'ai bien envie de changer de vie.

 

P1090406

Cesar est fermé, c'est son jour de repos. Le temps est beau, une dame promène son chien, elle se demande pourquoi quelqu'un prend une photo, elle ne trouve rien de particulier pour ça. Elle passe là tous les jours ou presque, c'est toujours pareil, la routine. Le camion pour les chevaux peut-être, il est garé de l'autre côté quelquefois, mais c'est bien tout ce qui a pu bouger ici. La route est peu passagère, César bricole un peu avec son café, quelques habitués le matin pour le café, les anglais du coin en fin d'après-midi, César est britannique, il est venu à sa retraite et en rouvrant ce bistrot, il a voulu faire renaître une de ces ambiances d'autrefois, un rendez-vous local, comme en Grande Bretagne d'ailleurs. Mais ici c'est plutôt le petit ballon de rouge, moins le demi de bière bien que quelques jeunes aiment en boire. Mais les jeunes, ils vont là où il y a du monde, c'est par accident qu'ils s'arrêtent. Normal, alors même si c'est pas ouvert tous les jours, pas beaucoup se cassent le nez, c'est juste pour le lien avec les autochtones, de temps en temps, pour s'insérer un peu mieux, surtout pour créer un endroit où les compatriotes vont commenter les nouvelles du pays de l'autre côté de la Manche.
La dame n'y rentre pas, ça ne se faisait pas de son temps, et elle garde ses principes. Au mieux un bonjour/bonsoir avec le patron s'il se trouve sur le pas de porte, mais la barrière de la langue freine, un sourire de circonstance fait le reste. Ainsi va la vie, de hameau en hameau, ainsi se passe le temps, ici et ailleurs, les hommes passent, s'en vont et reviennent, il y en a pour combien de temps!

_JCL1135

Vert le gnome chewing-gum, le maître du bois de Saint Baume. Il est le grand bonhomme du clan. Les années bonnes, celles sans trop d'hématomes à cause des cyclones, il vient mettre un peu de baume au milieu des arômes, en lisière de bois de Sainte Baume. Il y fait un petit somme sur la chaume, se réveille à la chute d'une pomme tombé d'un ciel couleur monochrome. La faune aussi s'emballe, c'est le syndrome des autochtones détalant comme dans un autodrome ou un hippodrome. un petit monde pas monotone, des mômes fantômes aux genoux mercurochrome. A devenir atone, ils jouent et crient et sonnent mais sont autonomes. C'est la vie du Bois de Sainte Baume, on slalome au milieu des rhizomes, c'est une drôle de zone. mais du haut du dôme, quand on a son diplôme, on ne voit pas plus de mobile-home que de vélodrome, seuls quelques gastronomes repoussant les atomes dégustent de bonnes tomes sans peur des angiomes ou des fibromes. Ce n'est pas Vendôme mais accompagné d'un majordome, on se prend pour un astronome et on part facilement au planétarium, c'est tout comme. Un bel album si rien ne se termine dans un aquarium.

 

31 juillet 2008

LES ALAMBICS

 

LE BOUILLEUR AMBULANT

ET L'ALAMBIC

 

Beaulieu sur Sonnette

Le bourg de Beaulieu, à neuf kilomètres nord-ouest de Saint-Claud porte bien son nom par sa situation au sommet et sur les flancs d'une haute colline au pied de laquelle coule la Sonnette.

L'état des paroisses de 1686 donne la comtesse de Sansac,comme dame de cette paroisse de Beaulieu de 94 feux où sont produits du grain et des châtaignes et où se pratique l'élevage.

Pour l'heure, c'est à un bouilleur ambulant que nous rendons visite, Claude PINTURAULT continue ce que son père lui a appris, faire de l'alcool avec du vin et des fruits.

 

42870279_p

Photo jcl

Sous le chateau d'eau désaffecté, l'alambic est au bord de la route.

41413433_p 41413482_p

Photos jcl

Claude Pinturault, l'officier machiniste a démarré très tôt pour preparer sa journée comme il en a plusieurs dans l'année, de Septembre à Mai.

 41413689_p

Photo jcl

Le feu allumé sous les cuves, la chauffe est commencée.

 41413738_p

 

Photo jcl

 41413997_p 41414119_p

Photos jcl

 41413911_p

Photo jcl

Le feu doit être entretenu.

 41413790_p 41413856_p

Photo jcl

L'alcool est mesuré et pesé avec précision tant les règles sont rigoureuses!

 41414213_p

Photo jcl

Traditionnellement, Claude perpetue le métier très ancien de bouilleur, comme son père le lui a appris.

41414250_p

Photo jcl

Aujourd'hui l'alcool qu'il produit avec et pour les apporteurs de vin et de fruits est consacré presque exclusivement à la fabrication du pineau.

  41414313_p 41414328_p 

Photos jcl

Le casse-croûte est immuable, c'est la rencontre avec les copains.

 41414398_p

Photo jcl

 41414474_p

Photo jcl

Ce reportage photographique a été réalisé grâce à Jacques Morel et bien sûr Claude Pinturault, il est concomitant à la réalisation d'un film dans une série consacrée à la tradition française et à ses artisans.

  41414548_p

 

______________________________

L' AROMATHEQUE

DISTILLERIE D' HUILES ESSENTIELLES

DSC_0130 

Photo jcl

George Fraysse n'habite pas la Provence mais le Lot, à Carennac.

A 89 ans, comme un jeune papillon, il butine sa passion avec enthousiasme.

 

DSC_0079 

Photo jcl

Carennac, dans le Lot, au bord de la rivière Espérance, cette magnifique Dordogne qui abrite de superbes villages, tels que celui-ci, avec une centaine d'habitants dans le bourg en basse saison,site courtisé par les touristes, c'est ici qu'est né Georges Fraysse, où il vit ses passions pour la truffe et la lavande et autres huiles essentielles qu'il distille comme autrefois, en Haut Quercy.

Petite visite de Carennac

en Haut Quercy

 

Carennac est l'un des plus beaux villages de France, de 385 habitants, situé à 50 km au Nord-Estde Gourdon, dans le Haut-Quercy.

Petite commune desservie par la gare de Bétaille, sur la ligne d'Aurillac à Brive, Carennac se trouve au centre d'une région riche en curiosités naturelles et sites historiques d'un grand intérêt, dont à quelques kilomètres, le gouffre de Padirac et un haut-lieu de pélerinage: Rocamadour.

Baigné par les eaux de la Dordogne, resserré autour d'un prieuré clunisien fondé au XIe siècle, le village a conservé son aspect médiéval et chaque

pierre y raconte une histoire.

Le village de Carennac s'est développé à partir du XIe siècle, après la

fondation d'un prieuré de l'ordre de Cluny.

Blotti le long des fortifications du monastère, Carennac conserve bien des aspects du Moyen Âge.

 DSC_0344

Photo jcl

CARENNAC_LOT_MAI_2009__70_ 

Photo jcl

CARENNAC_LOT_MAI_2009__130_ CARENNAC_LOT_MAI_2009__152_ CARENNAC_LOT_MAI_2009__136_

Photos jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__1_

Photos jcl

Le chant des pierres et des hommes.

 

CARENNAC_LOT_MAI_2009__126_ CARENNAC_LOT_MAI_2009

 

Photos jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__128_

Photo jcl

  CARENNAC_LOT_1_en_MAI_2009__15_ CARENNAC_LOT_MAI_2009__76_

Photos jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__77_

Photo jclt-Pierre

egl  DSC_0147

Photos jcl

Construction romane de la fin du XIe siècle augmentée au milieu du XIIe d'un

porche orné d'un superbe tympan sculpté. Ce tympan repose latéralement sur un faisceau de quatre colonnes faisant office de trumeau. Il offre aux regards une vision symbolique de la fin des temps. Occupant toute la hauteur du tympan, le Christ en majesté tenant le Livre et bénissant, est assis sur un trône richement orné. Les symboles des quatre évangélistes l'entourent tandis que les apôtres, répartis sur deux registres, contemplent la vision céleste.

CARENNAC_LOT_MAI_2009__81_ 

Photo jcl

Tympan de l'églie Saint-Pierre

CARENNAC_LOT_MAI_2009__83_ CARENNAC_LOT_MAI_2009__103_

Photos jcl

CARENNAC_LOT_MAI_2009__96_ 

Photo jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__102_ CARENNAC_LOT_MAI_2009__92_

Photos jcl

 2009_07_12_182_copie

Photo Nialaphot

        2009_07_12_053__copie1           2009_07_12_068_copie_1

Photos Nialaphot

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__9_

Photo jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__115_  CARENNAC_LOT_MAI_2009__105_

Photos jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__110_

Photo jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__6_ CARENNAC_LOT_MAI_2009__140_

Photos jcl

CARENNAC_LOT_MAI_2009__212_ 

Photo jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__178_ CARENNAC_LOT_MAI_2009__55_

Photos jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__183_

Photo jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__192_ CARENNAC_LOT_MAI_2009__123_

Photos jcl

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__200_

Photo jcl

 2009_07_12_034_copie 2009_07_12_056_copie

Photos Nialaphot

Sur le causse, la lavande etles truffières

 DSC_0003

Photo jcl

 DSC_0016

Photo jcl

 

DSC_0029 DSC_0024

Photos Nial

 2009_07_12_005_copie 2009_07_12_011_copie

Photo Nialaphot

Merveilleuse scénographie des odeurs, des couleurs et des papillons.

2009_07_12_002_copie 

Photo Nialaphot

Alternance de la lavande et des truffières.

DSC_0056 DSC_0077

Photos jcl

 DSC_0084

Photo jcl

DSC_0018 DSC_0057

Photos jcl

2009_07_12_326_copie 

Photo Nialaphot

2009_07_12_338_copie 2009_07_12_321_copie

Photos Nialaphot

 

Et puis dans le bourg, Georges Fraysse,

passionément.

 

 DSC_0122

DSC_0098

Photo jcl

Le nez du maître teste le géranium rosat de sa boutique qui est là depuis des années et qu'il n'arrose jamais, une plante ramenée de l'Ile de la Réunion par une connaissance.

DSC_0123 DSC_0295

Photos jcl

Dans son ancienne grange transformée en habitation et en aromathèque, Georges est assis dans sa cuisine en train de regarder le Tour de France, quand passent quelques touristes attirés par l'enseigne et les senteurs lavandées de son distillat qui a démarré ce matin dans l'alambic préparé par Laurence, son "aide de camp" qui est revenue cet après-midi pour l'accueil à la boutique.

2009_07_12_045_copie 2009_07_12_122_copie

Photo Nialaphot

 2009_07_12_164_copie

Photo Nialaphot

 DSC_0222

Photo jcl

Laurence, "l'aide de camp" associative.

 DSC_0205DSC_0219

Photos jcl

 2009_07_12_231_copie

Photo Nialaphot

 

Nous sommes le 12 Juillet et nous avons rendu visite depuis ce matin à ce vieil homme guilleret et fringant, très loin de son âge, au mental en verve et à la condition physique incroyable quand il nous emmène plus tard dans sa plantation de lavande et d'arbres truffiers pour enfin nous inviter à visiter sa serre expérimentale de Géranium Rosat, cette plante à la fragance si délicate.

 

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__35_

Photo jcl

 2009_07_12_024_copie1 2009_07_12_026_copie

Photos Nialaphot

 2009_07_12_022_copie

Photo Nialaphot

L'alambic est dans la boutique qui est donc aussi l'atelier de distillation.

 

 DSC_0274

Photo jcl

Toujours en mouvement, à 89 ans, Georges vient nous montrer comment il coupe la lavande à la faucille. A sa façon et manuellement, il démontre que son essence sera plus fleurie.

2009_07_12_288_copie          2009_07_12_348_copie

Photos Nialaphot

Le bon tour de main de Georges.

DSC_0282 

Photo jcl

 DSC_0319

Photo jcl

Pétales de rose et autres plantes fleuries sèchent avant d'être distillés.

      fs          DSC_0115

Photos jcl

DSC_0113 

Photo jcl

Parfum lavande, pas en Provence mais dans le Lot, le pays natal, le Causse.

DSC_0230 DSC_0239

Photos jcl

Visite de sa serre expérimentale, il est tourné vers de nouvelles sensations et vers demain.

DSC_0310 

Photo jcl

2009_07_12_052_copie 

Photo Nialaphot

L'huile de massage signée Georges Fraysse, l'huile aus multiples vertus, née d'une passion pour l'aromathérapie.

 CARENNAC_LOT_MAI_2009__39_

Photo jcl

D'autres produits issus de la culture bio et des travaux de l'artisan.

 DSC_0114 DSC_0331

Photos jcl

 DSC_0321

Photo jcl

 DSC_0334

Photo jcl

Après un drame familial, Georges a changé de vie et de métier, il a rejoint son causse lotois, abandonnant les Landes et ses terres céréalières pour lesquelles il était technicien agricole.

Il est revenu dans son village natal, Carennac, c'est là qu'il s'est spécialisé dans la culture de la truffe, et pour laquelle il a été le représentant de la Région Midi-Pyrénées. En alternance aux truffiers plantés sur le Causse, il y ajoute des pieds de lavande, voilà le musée des alambics d'huiles essentielles qui voit le jour, et plus tard, aujourd'hui, l'Aromahèque.

DSC_0119 DSC_0336

Photos jcl

 DSC_0224

Photo jcl

Les arbres truffiers, chênes, pins d'alep, noisetiers ...

DSC_0256       DSC_0257

Photos jcl

Le four à pain de la ferme de Combette, près des plantations.

 DSC_0301

Photo jcl

Quelle belle rencontre avec Georges.

 2009_07_12_121_copie

Photo Nialaphot

 

PhoDSC_0289to jcl

Merci Georges, pour votre démonstration de vie, portez-vous bien et que la vie vous dure.

27 septembre 2008

TÊTES DE FOIRE à BRION

BRION

PUY DE DÔME

Commune de Compains

 

 

LE CEZALLIER EN FOIRE

cartecezallier

L'espace montagnard auvergnat est extrêmement contrasté, fait d'anciens volcans couronnés de vastes tourbières même au dessus de 1400m d'altitude, ce qui enrichit considérablement les domaines paysagers mais aussi ceux de la faune et de la flore.

carte_cezallier2

Carte de la Communauté de Communes

 

Tout en haut du Cézallier, au pied de La Motte à 1273m d'altitude se tient la foire de Brion, dans le Puy de Dôme, à quelques encablures du Cantal.

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__180_

C'est la fin de l'été, le temps est orageux et légèrement frisquet, quelques touristes arrivent à la foire, en haut de nulle part, pour voir ce qui peut bien se passer ici, ce 22 Août, et cela depuis des lustres.

 

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__181_  BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__448_  BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__183_

Et puis les auvergnats, les paysans, les belles et bonnes têtes du Cézallier, ceux qui viennent se retrouver à l'occasion de la foire comme leurs ancêtres l'ont fait aussi avant eux, pour le plaisir et la recontre des vaches et des hommes, sur cette "montagne à vaches".

 

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__496_

Pour tout décor la chaîne des monts du Cézalier, tout en haut de celle-ci, entre La Godivelle, Espinchal, Compains, à un quinzaine de km de Besse en Chandesse, loin tout de même au nombre impressionnant de virages  pour s'y rendre, sur cette petite route de montagne.

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__525_

Et là depuis des temps anciens a lieu pendant la belle saison la foire de Brion. C'est la période de l'estive sur les communaux et autres belles prairies humides, habitées par les Salers et les Aubrac.

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__426_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__185_

Pour tout décor, un bar, c'est écrit dessus. Et des burons côte à côte ouverts les jours de foire où l'on se restaure traditionellement.

 

 

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__179_

Le vieil édifice est au bord du foirail, en retrait des burons car il était ouvert toute l'année. Après des travaux de mise aux normes, il devrait l'être de nouveau à partir de l'été 2009. Le bistrot se nommera " L'ecir et l'angélique".

 

 

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__193_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__202_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__200_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__205_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__276_

Beaucoup de vaches Salers, aussi des Aubrac, des Montbéliardes, des Abondance.

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__244_

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__178_

 

Au pays des montagnes à vaches et du fromage, cette belle réunion des hommes et des bêtes, c'est l'authenticité de la vie de la montagne, cette osmose séculaire qui a vu naître des gens simples et travailleurs, rudes et opiniâtres pour qui  le sens de la famille et de l'avenir passait par l'élevage des animaux. 

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__281_   BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__272_   BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__283_

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__252_

Les parfums des bêtes se mêlent aux odeurs des victuailles de midi qui sortent des burons et viennent lècher les papilles des hommes. Ces tripoux chauds eux embaument depuis le casse-croûte matinal jusqu'aux  retardataires de 16 heures, bien arrosés. 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__251_          BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__255_

Ces foires de Brion, ce sont encore les retrouvailles et le goût de passer un bon moment.

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__172_   BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__175_

    Le bon goût auvergnat, les victuailles ou cochonailles conviviales.

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__415_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__412_

Les AOC du Cézallier, Cantal et Saint-Nectaire.

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__405_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__419_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__390_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__243_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__450_

Des bancs de condiments, des fourches ou rateaux anciens, un "Géant des Flandres", une belle paire de cornes, 

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__233_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__236_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__213_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__242_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__230_   BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__231_

on trouve de tout sur un petit air de folklore pour egayer le commerce.

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__491_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__486_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__489_

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__483_       BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__476_

Les burons sont ouverts à la restauration, il y a des convives de 8h à 16 heures sans discontinuer.

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__446_   BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__533_

Le pied de cochon est un des rois de la foire.

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__184_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__186_

LES MONTAGNARDS SONT LA

LES BONNES TÊTES DE PAYS

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__189_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__191_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__262_

Ce Cézallier conservatoire du passé grâce notamment à la traditionnelle et séculaire foire de Brion au centre d'un paysage grandiose d'où s'extirpent ces visages burinés et colorés, c'est cette auvergne des bâtiers, une Auvergne rude et attendrissante, peuplée de femmes et d' hommes de devoir, à la corde familiale sensible.

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__267_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__238_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__319_

C'est quand même bizarre ce gars qui nous prend en photo, qu'est ce qu'y nous veut lui ?

 

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__545_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__300_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__301_

 

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__313_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__314_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__335_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__287_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__289_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__270_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__285_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__291_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__302_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__190_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__279_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__325_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__339_  BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__266_  BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__322_  BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__308_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__188_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__292_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__269_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__210_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__215_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__326_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__543_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__537_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__237_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__229_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__246_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__294_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__320_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__547_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__536_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__541_

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__265_

VOILA LA FOIRE DE BRION

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__317_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__198_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__318_

RIEN NE CHANGE VRAIMENT DEPUIS DES LUSTRES

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__472_

POURVU QUE CA DURE

BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__273_ BRION__MARCHE_AUX_BESTAUX__355_

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Textes de jcl

02 octobre 2008

NOS DOYENS

LE PATRIMOINE HUMAIN

Qu'est-ce que la vie ?
C'est l'éclat d'une luciole dans la nuit.
C'est le souffle d'un bison en hiver.
C'est la petite ombre qui court dans l'herbe
et se perd au coucher du soleil.

Auteur inconnu

Marguerite_VERDEAU__31_

Marguerite VERDEAU,

98 ans depuis Mai 2008, est la doyenne de Fouquebrune.

Née en Mai 1910 à Fouquebrune, elle habite chez sa fille et son gendre, dans leur ferme. A 5 ans elle reçoit l'extrême onction car elle avait été victime d'un gros coup de froid sous un arbre après avoir fait une course folle en revenant de la garde des vaches.

Comme d'autres, elle fût étonnée d'entendre les cloches de l'église sonner un très beau jour de 1918. Ele avait 8 ans et s'en sovient comme si était hier.

Ce début Septembre, elle a bien voulu affronter le soleil pour faire des photos dehors.

jcl

IMG_0108 Marguerite_VERDEAU__39_

IMG_0087

Sur la canne la main n'a plus d'âge ou plutôt elle a l'âge du bois qu'elle serre.

Marguerite_VERDEAU__29_ IMG_0077

IMG_0139

IMG_0099 Marguerite_VERDEAU__22_

La vie n'a pas d'âge

La vie n'a pas d'âge.
La vraie jeunesse ne s'use pas.
On a beau l'appeler souvenir,
On a beau dire qu'elle disparaît,
On a beau dire et vouloir dire que tout s'en va,
Tout ce qui est vrai reste là.
Q
uand la vérité est laide, c'est une bien fâcheuse histoire,
Quand la vérité est belle, rien ne ternit son miroir.
Les gens très âgés remontent en enfance
Et leur coeur bat
Là ou il n'y a pas d'autrefois.
J
acques Prévert

Marguerite_VERDEAU__2_

IMG_0123 Marguerite_VERDEAU__33_

 

________________________________________________________________

ANNA AUPY

Née en 1910 à Busseroles en Dordogne, doyenne de Vouthon le 25 Août 2008 elle a 98 ans.

 

Issue d'une famille de cultivateurs, " un beau métier" dit-elle " où on vous prend la moitié de ce que l'on gagne!!".

"Si on élève trois poulets, on doit en redonner un et demi, c'est pas facile ça!" ironise t'elle.

"Dès que je rentrais de l'école à pied de Chez Levreau à Busserolles, où il fallait une demi-heure le matin et autant le soir, j'allais aider les parents à la ferme. Des fois le lendemain ils me disaient en patois, aujourd'hui tu vas garder les moutons, demain on verra, tu retourneras peut être à l'école si on a pas besoin de toi."

ayuei tu gardé lo oveillé, dema no veiran si tu torné à l'écola.

jcl

ANNA_AUPY_98_ans_Vouthon_Les_Doyens_25_Ao_t_2008__12_

Les vieux
Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux
Même riches ils sont pauvres, ils n'ont plus d'illusions et n'ont qu'un coeur pour deux.
Chez eux ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d'antan
Que l'on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps
Est-ce d'avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d'hier
Et d'avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières
Et s'ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui dit : je vous attends

Les vieux ne rêvent p!us, leurs livres s'ensommeillent, leurs pianos sont fermés
Le petit chat est mort, le muscat du dimanche ne les fait plus chanter
Les vieux ne bougent plus, leurs gestes ont trop de rides, leur monde est trop petit
Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit
Et s'ils sortent encore, bras dessus bras dessous, tout habillés de raide
C'est pour suivre au soleil l'enterrement d'un plus vieux, l'enterrement d'une plus laide
Et le temps d'un sanglot, oublier toute une heure la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, et puis qui les attend

Les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps
Ils se tiennent la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant
Et l'autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère
Cela n'importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer
Vous le verrez peut-être, vous la verrez parfois en pluie et en chagrin
Traverser le présent en s'excusant déjà de n'être pas plus loin
Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui leur dit : je t'attends
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend
Jacques Brel - 1963

ANNA_AUPY_98_ans_Vouthon_Les_Doyens_25_Ao_t_2008__3_ ANNA_AUPY_98_ans_Vouthon_Les_Doyens_25_Ao_t_2008__5_

ANNA_AUPY_98_ans_Vouthon_Les_Doyens_25_Ao_t_2008__7_

On a si peu de temps

Il y a déjà longtemps  J'avais à peine dix ans  Et je courais tant

Pour arrêter le temps.

Il y a déjà longtemps, J'ai eu vingt ans,Et je pensais pourtant

Qu'il ferait toujours beau temps.

Il n'y a pas si longtemps Que j'ai eu mes trente ans,

Et je me disais en ce temps

Que je mourrai dans pas longtemps.

Et quand j'ai eu quarante ans, Je les ai chantés en dansant,

Je les ai dansés en buvant,

Je les ai bus en pleurant, Je les ai pleurés en pensant

Que bientôt j'aurai cinquante ans.

Et puis j'ai eu cinquante ans Et en regardant jouer mes enfants,

Je me disais que peut-être en partant Je n'aurais pas soixante ans.

Mais un jour j'ai eu soixante ans Sans avoir vu passer le temps,

Et je me suis dit que peut-être j'aurai encore le temps

De connaître mes petits-enfants

Et d'avoir soixante-dix ans. Et maintenant j'ai soixante-dix ans,

Et je me dis souvent

Que de dix en dix ans, Je suis mort bien souvent, Et je me dis souvent

Que je mourrai je ne sais pas quand, Mais que je mourrai en pensant

Qu'on a si peu de temps.

 

Auteur : HAJ NASSAR Tarik

 

ANNA_AUPY_98_ans_Vouthon_Les_Doyens_25_Ao_t_2008__11_ ANNA_AUPY_98_ans_Vouthon_Les_Doyens_25_Ao_t_2008__16_

ANNA_AUPY_98_ans_Vouthon_Les_Doyens_25_Ao_t_2008__9_

____________________________

ELIE CHAMOULEAUD

Né à La Plaine de Bussière-Badil le 12 Septembre 1911, Doyen d'Ecuras, il habite avec sa nièce aux Defaix. Il a 97 ans ce 28 Août 2008.

Ancien maçon et employé à la Fonderie de Ruelle, il s'est marié à Catherine à l'âge de 21ans pour 73 ans de vie commune.

Catherine s'en est allé à 93 ans, courbée, à toujours gratter la terre, et consciente jusqu'au dernier souffle.

jcl

 

Portrait_CHAMOULEAUD_Elie_28_ao_t_2008_Ecuras__42_ Portrait_CHAMOULEAUD_Elie_28_ao_t_2008_Ecuras__3_

 

Vivre pour mourir...

Faut arrêter d'fuir
D'avoir peur d'mourir
Croire qu'on est rendu au bout
Comme au fond d'un trou

Ca fait pitié d'voir
Ceux qui sont sûrs de croire
Que pour eux c'est la fin
Alors qu'ils ont encore demain

Faut peut-être pas avoir peur de crever
Mais faut pas faire exprès d'tomber
Profiter de pouvoir vivre
Et ce, jusqu'à en mourir

Arrêter de suivre la cadence
D'un mort en sursis
Après tout, c'est pas d'la démence
Que de vouloir vivre sa vie...

Auteur inconnu

P1010231

Portrait__CHAMOULEAUD_Elie_28_ao_t_2008_Ecuras__127_ Portrait__CHAMOULEAUD_Elie_28_ao_t_2008_Ecuras__156_

Portrait__CHAMOULEAUD_Elie_28_ao_t_2008_Ecuras__113_

 

_________________________________

ALBERT AUPY

Né en Mai 1911, il est le doyen de Montbron, ce 30 Août 2008, ses 97 ans dynamiques et très promeneurs.

Cheminot, il a parcouru un bon bout de France, pour terminer Chef de Gare adjoint à Angoulême...il y a quelques années.

jcl

PORTARIT_Albert_AUPY_Montbron__30_Aout_2008__26_

PORTARIT_Albert_AUPY_Montbron__30_Aout_2008__42_ PORTARIT_Albert_AUPY_Montbron__30_Aout_2008__10_ PORTARIT_Albert_AUPY_Montbron__30_Aout_2008__6_

 

PORTARIT_Albert_AUPY_Montbron__30_Aout_2008__2_

Ses 18 ans rayonnants photographiés au creux de la main, il arbore une belle stature, fait ses courses et sa cuisine, lit toujours les belles lettres qu'il se procure chez le libraire.

Il raconte sa vie précisemment, sans effort de mémoire.     jcl

PORTARIT_Albert_AUPY_Montbron__30_Aout_2008__39_ PORTARIT_Albert_AUPY_Montbron__30_Aout_2008__11_

 

PORTARIT_Albert_AUPY_Montbron__30_Aout_2008__18_

 

 

 

________________________________

ALBERT JOSSELIN

Né le 2 Avril 1910, à Soudau en Loire-Atlantique, d'un père cantonie et d'une mère décédée quand il avait 15 ans, il a aujourd'hui 98 ans, il est le doyen de Rouzede ce mois de Septembre 2008.

A 8 ans, sa mère l'appelle de toute force pour qu'il rentre les vaches  alors qu'il pense que les cloches sonnent  pour un enterrement. C'est l'armistice de 1918.

Cultivateur, il arrive à Rouzède avec 4 vaches et 2 chevaux, mais sait déjà mener de 4 à 6 chevaux en ligne pour labourer.

Son père, mort en 1963 à l'âge de 88 ans, n'a pas pu lui acheter la bicyclette qu'il voulait, alors il s'est mis à vendre des peaux de taupes pour faire des manteaux, à 5 francs la pièce. Sous à sous, il a réussi à avoir son vélo pour 480 francs.

Tous les jours, Tanguy son arrière petit-fils lui rend visite, sans faillir.

jcl

PORTRAIT_Albert_JOSSELIN_ROUZEDE_Ao_t_2008_le_29

PORTRAIT_Albert_JOSSELIN_ROUZEDE_Ao_t_2008_le_29__10_ Albert_JOSSELIN_Aout_2008__5_

Ce que je suis

Jadis, la brise sur mon visage,

reflétait mes vingt ans,

Des années après, chacun de ses passages,

Frôle mon corps, marqué par le temps.

Un bref regard en arrière,

Et voilà que je retrouve,

Les joies de ma vie et ses barrières,

Que mon coeur délicatementcouve.

Le temps a filé entre mes doigts,

En vain, j'ai essayé de le rattrapper.

La jeunesse m'a repris ses droits,

Je ne peux que l'accepter, et m'incliner.

Une larme à l'oeil, je comprends,

Qu'à travers le déclin de mon corps,

C'est l'humilité que j'apprends,

Afin de rencontrer sereinement la mort.

C'est après une existence bien remplie,

Que j'appose sur le Grand Livre de La Vie

Mon parcours, chargé de passions,

Mais aussi de raisons,

De souffrances, mais aussi d'espérances,

Ainsi que tous les sentiments,

Qui m'ont envahi jusqu'à présent,

Et qui font ce que je suis actuellement.

 

Florence Saillen, 31 12 2003

 

 

 

 

PORTRAIT_Albert_JOSSELIN_ROUZEDE_Ao_t_2008_le_29__5_

PORTRAIT_Albert_JOSSELIN_ROUZEDE_Ao_t_2008_le_29__25_ PORTRAIT_Albert_JOSSELIN_ROUZEDE_Ao_t_2008_le_29__13_

Albert_JOSSELIN_Aout_2008__8_

 

________________________________

Marie-Louise FAUVAUD

Née le 3 Mars 1905 elle a 103 ans et elle est la doyenne de Saint Adjutory.

Elle vit avec son fils en face de sa maison de naissance, à l'Epardelière où elle fut cultivatrice. Son mari décédé à l'âge de 89 ans, l'a laissé à la tête de 5 générations de sa famille directe.

A 81 ans, victime d'un accident cardiaque, le médecin ne lui donnait que 2 ou 3 ans à vivre...il y a 22 ans.    

jcl

Marie_Louise_FAUVAUD__2_

Marie_Louise_FAUVAUD__7_ Marie_Louise_FAUVAUD__1_

 

Marie_Louise_FAUVAUD__33_Marie_Louise_FAUVAUD__34_

Marie_Louise_FAUVAUD__35_

Marie_Louise_FAUVAUD__9_ Marie_Louise_FAUVAUD__21_

________________________________

________________________________

 

 

Posté par hortustardus à 16:11 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



LA LONGUE ROUTE

Issu d'une rencontre avec un belge et ses 3 chiens

ce reportage photo montre un homme en errance

de nos sociétés rentables et progressistes.

Ancien chef d'entreprise la route est devenue sa vie,

à laquelle il veut échapper jusqu'au bout du chemin...

jcl

 

 

Un peu de silence... un peu d'oubli
il y a tant de distance... entre nos vies
Mais parfois cela fait du bien de se sentir libre, cela apaise la brûlure de l'absence
en attendant qu'à nouveau nos cœurs vibrent, qu'un tourbillon emporte nos sens...
Un peu d'ennui... un peu d'errance

 

SDF_30juillet_2008__7_

 

 

 

 

 

 

 

viendra le temps des retrouvailles, chacun apportant ses victuailles,                                                                    je prendrai ta taille, je t'aimerai sans failles
En attendant je roule pépère, je rame dans ma galère,                                                                                              je tache d'être fier et de marcher droit
mais au delà de l'éther, des nuits altières, je bois des bières et je pense à toi
.

SDF_30juillet_2008__12_

 

la vie quotidienne déroule son ruban rectiligne, comme une autoroute sans détours
A chaque péage je mets les pièces et je fais signe aux employés sans amours
qui voient passer les voitures pleine d'amants, de solitaires, d'inconnus
je trace ma route, je casse la croûte, dans les champs les vaches broutent
ma vie privée, privée de tout,réclame ta tendresse et ton corps nu...

Auteur inconnu

 

SDF_30juillet_2008__4_ SDF_30juillet_2008__8_

Je suis un croyant qui ne croit plus en rien
Un être aimant qui n'aime plus vraiment
Une route que plus personne ne veut suivre
La nuit alors qu'il fait encore jour
Le froid bien que l'air soit si chaud
La passion d'avant le désespoir
Le lendemain auquel on croyait hier
La mort bien avant la naissance
Curieux monde qui tourne à l'envers du temps
Tué par les génocides
La misère des uns, la luxure dans laquelle sombrent les autres
la rue dans laquelle on marche
Celle qui mène droit vers un champs de bataille
La pluie d'après la tempête
le soleil qui crame ces déserts sans fin
Le déluge et les tremblements de terre
L'alcool au fond d'un verre givré
Le givre qui pend aux branches en hiver
Le malheur de ces gens déplacés
De place en place jamais rester
Ces fautes d'orthographe à jamais corrigées
Le non-renoncement de ces peuples
L'amnésie de ceux qui massacrent


Moi, je les aime tous ces déplacés,
Tous ces apatrides
Même si je suis un croyant qui ne croit plus en rien
Un être aimant qui n'aime plus vraiment.

Auteur inconnu

 

_________________________________

Chinon_jan_2009__7_

Un autre homme égaré cherche le regard des autres

et un seul bonjour le réjouit.

_________________________________

 

Germaine Mars 2013 (9)

Encore un printemps Germaine.

 

Posté par hortustardus à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

AU BORD DE LA TARDOIRE

AU BORD DE LA TARDOIRE

300423_10150335261099178_826734177_7784942_1642847982_n

Tourne et coule le temps. De ponts en ponts tourne et coule la vie, inexorablement.

 

P1010033

A Chabrot la glace bloque les 2 roues du moulin.

P1070176

Duo de barques pour de tranquilles amis pêcheurs.

tardoire et nature de chambon a chez donnet 07 (4)

Sur la Tardoire, que la nature est belle.

___________________________________________________________________

 

Ça s'est passé un dimanche
Un dimanche au bord de l'eau


Elle avait sa robe blanche
Lui son nique poker à carreau
Il avait également des p'tits yeux rigolos
Et une langue qu'était pas dans sa manche
Si bien qu'il invita la jolie dactylo
A s'cacher du soleil sous les branches

Ça s'est passé un dimanche
Un dimanche au bord de l'eau.

_DSC0020

 

chabrot_couples_au_bord_de__eau_juillet_2008 chabrot_couples_au_bord_de__eau_juillet_2008__4_

chabrot_couples_au_bord_de__eau_juillet_2008__3_

Lavaud Montbron Jan 2012 (1)

L'écume des jours, le bas relief de la vie

_________

_______

______________

______________________________

17 mars 2009

LES AMIS DE MARC

 LES AMIS DE MARC

Chez lui , un monde extravagant, un monde de gens bien, célèbres et sentant bon notre belle histoire ou le plus ultra de notre présent, ou même anonymes comme cette petite fille à la fenêtre, romantique et expressive.

On refait le monde, on rencontre enfin ceux que l'on admire.

Sur 3 niveaux certains auront l'impression d'un musée par qu'il paraît figé.

Mais allez savoir si tout ne s'anime pas soudain au milieu de la nuit, comme dans le film, si de grandes idées ne germent pas encore du fluide de ces prestigieux personnages, ou si de grandes et folles noces ne s'emballent pas lors de fêtes improvisées? 

Les Amis de Marc sont légion, ils sont sortis de ses mains et il les a à sa main à Tusson où vous pouvez les rencontrer, en toute intimité.

 

DELIGNY Marc (81)

La petite fille voulait aller jouer, c'est ce qu'elle voulait. Mais le jeu elle ne l'avait pas en tête. Elle se l'imaginait.

 

MARC DELIGNY

DSC_0298 DSC_0299

Marc DELIGNY  a fait ses études dans la prestigieuse école Saint Lambert à Paris.

Il s'est spécialisé dans la restauration des monuments historiques.

En faisant son "Tour de France", il a participé à la restauration d'églises et de chateaux tels que la cathédrale de Reims, l'église Sainte Croix de Bordeau, l'église Saint Pierre de Nevers, l'église Saint Sauveur de Dinan, la basilique Saint Denis, la place Centrale d'Arras, la cathédrale du Mans etc etc...

En 1982, suivant une tradition établie depuis 3 générations, il réintègre l'atelier familial afin de perfectionner son art et ses connaisances en histoire de l'art, auprès de son père, expert reconnu, excerçant lui-même la profession d'antiquaire lapidaire au "Louvre des Antiquaires".

En 1987, Marc crée son propre atelier où il accueille et dirige des sculpteurs et conytinue d'éxecuter des oeuvres telles que le Groupe  mythologique monumentalà l'entrée du Louvre", la fontainede l'hôtel "Il Cortile" rue Cambon à Paris...

Il réédite à l'ancienne différentes sortes de sculpture en pierre, marbre et bronze. Il crée "La Dame des Marais", la statue monumentale de Saint Pierre Aumaître, 'l'Homme de Marillac", le buste de Jean-Paul II, Jean-Yves Cousteau, Picasso, Malraux...

Il partage aujourd'hui son temps entre la France et les Etats Unis où il a une nombreuse clientèle vers San Francisco et Los Angeles. Il collabore également à l'édification et à la décoration d'un château aux environs de Chicago.

 

 Deligny Marc motard (9) DELIGNY Marc (112)

Les années 30, les années fastes et folles, les inventions et une société riche et colorée, voilà ce qu'aime à revisiter Marc DELIGNY.

Une magnifique et rutilante Monet Goyon avec la tenue qui va bien, casque en cuir, lunettes d'aviateur en peau de lapin, l'illustration y est, et comme toujours, il va jusqu'au bout de ses talents et de ses envies.

Deligny Marc motard (2)

DELIGNY Marc (121) DELIGNY Marc (123)

Les mélodies ne sont pas les mêmes, mais il joue de la clarinette comme il joue de la Monet Goyon, avec authenticité.

DELIGNY Marc Camionnette Citroen u55

Le Citroën U55

 

LES AMIS

Ses oeuvres sont si justes et personnifiées qu'elles sont son environnement "vivant".

Deligny Marc Juin 2012 (2)

Deligny Marc Juin 2012 (4)

Deligny Marc Juin 2012 (8)

Deligny Marc Juin 2012 (16)

DELIGNY Marc (126)

DELIGNY Marc (129) DELIGNY Marc (128)

Marcel ZANINI

DELIGNY Marc (25)

DELIGNY Marc (91) DELIGNY Marc (127)

Le Curé de Tusson à droite, éminent personnage.

DELIGNY Marc (38)

 

Armand Crouzeau, le voisin de Marc Deligny à Tusson.

 DELIGNY Marc (94)

DELIGNY Marc (89)

DELIGNY Marc (87)

DELIGNY Marc (80)

DELIGNY Marc (76)

DELIGNY Marc (18)

DELIGNY Marc (25)

DELIGNY Marc (66)

 

TUSSON Village Jan 2012 (4)

Jacques est à la fenêtre. Il n'est pas resté de pierre au coeur des poètes. "Sa vie durant, il défendra les faibles, les opprimés, les victimes, avec une générosité bourrue mais toujours discrète. Avec Prévert, un univers à part se crée fuyant l'ordre voulu par Dieu".

30 août 2009

LA TOUR EN PLUMES

C'ETAIT PIEGUT PLUMIERS

Au retour de Nexon, après la rencontre avec le Bazar Forain, 3 oiseaux aux couleurs des vaches hollandaises firent subrepticement un  cirque voltigeur sur  nos têtes.

DSC_0773

 

DSC_0786     DSC_0697

Une de ces journées caniculaires de la mi-Août 2009, une petite pause sur toute l'histoire de Piégut est nécéssaire avant de repartir vers de lointains périples.

 

DSC_0806

Puis 4 et 5, puis 10 et une vingtaine sur la tour de Piégut en commémoration.

 

DSC_0740

 

DSC_0734 DSC_0769

 

DSC_0745

Si rare qu'il en mérite cette série de photos  à déguster.

DSC_0811

 

DSC_0790

DSC_0730 DSC_0787

DSC_0803

DSC_0751

 

DSC_07951

DSC_0753

DSC_07941

DSC_0802

DSC_0783 DSC_0784

DSC_0822

DSC_0815

DSC_0809

 

 

21 novembre 2009

C'EST LE CIRQUE

 

C'EST LE CIRQUE

 42860566_p

Photo jcl

 

Le cirque est né en Angleterre en 1770, lorsque Philip ASTLEY eut l'idée de réunir saltimbanques et écuyers dans un même spectacle. Il installera, par la suite, le premier établissement parisien en 1774 au Faubourg du Temple. Très vite, les premiers numéros comiques apparaissent sous la forme de parodies des numéros de voltiges. Puis un jour, le comique met pied à terre : Le clown était né.
Le cirque subsistera, sous une forme à prédominance équestre, jusqu'au début du XXème siècle. La piste ronde a d'ailleurs été créée spécialement pour les numéros de voltige.
Par la suite, au fur et à mesure les numéros d'artistes exotiques deviennent de plus en plus nombreux, le cirque réduira la place faite aux chevaux au bénéfice des ménageries.
Les jongleurs trouvent naturellement leur place aux côtés des écuyers, de l'acrobatie et du comique. On voit aussi sur la piste de nouvelles attractions venues directement des spectacles de music-hall : c'est le cas de la prestidigitation et de la magie.

La découverte des arts du cirque permet de percevoir à quel point l'art est une dynamique perpétuelle.
Plus que toute autre forme d'art, le cirque vit d'un échange entre les emprunts qu'il fait à la danse, au théâtre, à la musique et la source d'inspiration qu'il représente pour les arts plastiques.

 42870279_p

Avec la Compagnie BAZAR FORAIN

sur La Route du Cirque de Nexon

 42880941_p

Photo jcl

42881023_p

Photo jcl

 

Dans la cour du chateau de Nexon, la farandole des chapiteaux.

 42880995_p

Photo jcl

Ah ! Si le clown était venu !
Il aurait bien ri, mardi soir :
Un magicien en cape noire
A tiré d'un petit mouchoir
Un lapin, puis une tortue
Et, après, un joli canard.
Puis il les a fait parler
En chinois, en grec, en tartare.
Mais le clown était enrhumé :
Auguste était bien ennuyé.
Il dut faire l'équilibriste
Tous seul sur un tonneau percé.
C'est pourquoi je l'ai dessiné
Avec des yeux tout ronds, tout tristes
Et de grosses larmes qui glissent
Sur son visage enfariné.


Maurice Carême

________________________________________________________________________

   

BAZAR FORAIN

 

43270825_p 

Photo jcl

 

 43270870_p

Photo jcl

 

 43270900_p

Photo jcl

 

 43270964_p

Photo jcl

 

 43270992_p

Photo jcl

___________________________________________________________________________

 

 



Fin »