Je suis né dans le monde rural, j'y vis, j'y mourrai. Mes enfants y sont nés, ils y ont reçu leur éducation et leur culture. Ils y vivent et y sont heureux, en menant un combat pour y garder les services que chacun doit prétendre à y trouver, comme tout le monde.

J'aime partager ici ces visages des gens du terroir, ces visages sensibles, ces gens qui ont une âme et ne souhaitent pas qu'on les efface au nom du mondialisme par exemple.

Forts d'une éducation surtout liée à des traditions fortes que leur ont transmise leurs aînés, forts de cette sensibilité qu'ils aiment à garder dans leurs souvenirs les plus chaleureux.

C'est certains clichés de vérité que l'on peut apercevoir ça et là au fil de l'album, vieux outils, vieux bâtis qui font le charme des lieux où l'on retrouve un temps où le respect était une valeur inestimable.

 

empreintes rurales sur Ipernity (1)

Quand il y avait un feu, il y avait de la vie, c'était hier.

 

Scénes des champs reproduction (5)

Scénes des champs reproduction (8)

Scénes des champs reproduction

Pressignac_Oct_2018__5_Les journées sont de plus en plus longues depuis que la boulangerie en face a fermé.

Plus grand monde ne passe, le bourg du village se désertifie.

Pressignac_Oct_2018__1_

Marquèze 2018 (409)Bouvier par amour des bêtes.

Muro___13_web

Assis à la terrasse du bistrot de Muro au Portugal, les hommes ont regardé passer cette femme sans mot dire. Ce n'est pas de la pudeur, non. Mais la pudeur du commentaire oblige à imaginer une certaine gêne, celle qui précède la honte. Elle est passée avec son chargement en toute humilité, gonflée par le devoir de la tâche, tout le long de cette route de montagne, aussi longtemps que le photographe que je suis s'est maladroitement lassé, et n'a pas su jusqu'où elle poussa le labeur.

Marqueze 1La bergère landaise.

Morellet_Busserollles__1_La retraite offre l'oisiveté, les marches lentes sur les chemins quotidiens du labeur de toute une vie.

JCL_2085

L'affection que portent les éleveurs à leurs animaux est le principe fondamental d'une ruralité forte, vivante et respectable, où la dignité reste un exemple à suivre.

battages bussiere 20040020

battages bussiere 20040034

battages bussiere 20040023

Battages à Bussière Badil

FESTIVAL_LIMOUSINE_2008_AVRIL__CHABANAIS__13_

FESTIVAL_LIMOUSINE_2008_AVRIL__CHABANAIS__23_

FESTIVAL_LIMOUSINE_2008_AVRIL__CHABANAIS__29_

Les éleveurs, derniers remparts d'une ruralité vivante.

JCL_6945

JCL_6947

JCL_6951

JCL_6963

JCL_6967

JCL_6973

Le jardin elle le fera jusqu'au bout de sa vie.

Apprise à l'autonomie, à l'indépendance, au travail, aucune alternative, elle restera la même.

P1100706

Soigner ses poules et collecter les œufs, c'est carrément resté culte dans la ruralité.

Chez Donnet 0415 (27)

Étonnée que l'on puisse la trouver dans un endroit aussi retiré que celui où elle vit. Son ancienne ferme à flanc de coteau n'est accessible que par une étroite voie improbable.

DSC_0076

L'outil est resté le même, le rythme quasiment aussi, l'âge a un peu avancé sur ces routes modernisées.

 empreintes rurales sur Ipernity (25)

Dans cette magnifique peinture qu'est le pays entre Angoumois, Périgord et Limousin, un homme allant voir ses vaches n'est qu'un point infime d'un univers riche et complexe, fait de toutes sortes d'odeurs, couleurs, saveurs, sonorités et sensations naturelles.

 

L'environnement rural est imprégné de l'histoire humaine qui l'a façonné grâce à ses besoins vitaux.

Depuis quelques petites décennies, là et ailleurs, c'est un goût pour une plus belle vitrine dont quelques uns tirent profit que les paysages sont largement modifiés. Les hommes le paient fort quelquefois et entraînent négligemment des innocents désinformés.

Préservons notre environnement.

 

DSC_0019

DSC_0023

Les yeux dans les boeufs.

St_Germain_de_Montbron_homouton_2017__2_L'homme et l'animal, un parcours de vie côte à côte dans la ruralité.

Vieil homme 3 cerisiers

Le vieil homme n'aime pas se retourner sur sa vie qui ne fût pas facile. Le travail dans la forêt fût âpre et douloureux pour le corps. Et puis il y eut la guerre, la grande guerre où tout n'est pas bon à dire, 68 ans n'ont pas encore effacé cette monstruosité. La mémoire et l'histoire ne sont pas bonnes à avaler facilement.

 

JCL_6580

En revenant de la culture, le porte-bagage rempli.

saint a nov 15 (2)

En revenant du jardin à la nuit tombée, avec des choux sur le guidon.

 

311770_10150347695174178_826734177_7851426_1178834551_n

 

 

Elle a appuyé son vélo contre le puits et s'est rendu au four à pain au centre du village, à deux pas, pour chercher sa tourte. Le pain fera ainsi 3 jours sur la table et de nouveau elle roulera les 6 km aller retour depuis sa ferme du hameau voisin.

femme nadalie

Depuis si longtemps à La Nadalie, quand il y avait encore 3 bistrots, une épicerie, les bals dans les granges, et puis une école aussi! Pourtnt ce n'était qu'un hameau de la commune, avec tant de vie et de travail. Elle a embrassé son existence, s'y est emporté les mains et les jambes telle une cultivatrice de devoir. Elle s'y ennuie surtout depuis que son mari est parti au cimetière, mais elle est ici et n'en bougera plus. Elle y trouvera sa mort.

 empreintes rurales sur Ipernity (5)     empreintes rurales sur Ipernity (15)

Sur un plateau de pâtures verdoyantes et  flamboyantes, menant sa bicyclette avec sérénité, cet homme flâne et profite des premiers jours de ce nouveau printemps.

 

Là, c'est vrai il y en a pour un bon moment de ce sac de grain pour les poules. Elle est partie à la coopérative agricole sur son vélo, mais revient à côté, C'est déjà très difficile de garder l'équilibre qu'elle fait là une pause.

 

 

DSC_0016

La dignité de chacun de pouvoir rester dans ses murs, dans ses repères, c'est une notion prioritaire. Certes ce n'est d'une forte rentabilité, mais c'est créateur d'emplois, et c'est HUMAIN!

Femme bord de route

Après déjeuner, un petit tour du propriétaire. Tout va bien.

HOMME ET VELO

Les vaches sont devant, elles rentrent à l'étable, seules, elles connaissent le chemin. Lui, après une petite conversation de voisinage, il va aller les ranger et les traire.

GREOUX LES BAINS Var (15)

GREOUX LES BAINS Var (9)

 Son chien veille ou l'accompagne, c'est comme on veut. Lui, son chapeau lui protège la tête, l'outil lui colle aux mains, et le travail à la peau.

Cezallier La Godivelle 2012 (1)

Cezallier La Godivelle 2012

Naître et vivre à 1240m d'altitude en Auvergne, ce sont des signes avant coureurs d'une belle santé et d'une rusticité à toute épreuve. Les couleurs chantent. La Godivelle.

homme courbé janv 2013

Harassé, échiné, la courbe est forte mais l'homme refait toujours sa tâche, son chemin quotidien, de ses bêtes à l'étable, du champ à la grange, toujours assailli chaque matin par le devoir.

 

 

St Pompon Mars 2011 (1)

L'époque de l'écobuage, nettoiement et régulation des bordures et des palissades, sans les éliminer.

femme aux poules

Elle donne un petite marque d'affection à ses 2 poules, pour les œufs qu'elle ramasse oui, sans doute, sûrement aussi pour le petit chemin quotidien qui la mène au poulailler et qui lui laisse encore le devoir de nourrir et soigner des animaux devenus de compagnie.

Femme en promenade foulard Mazoulières

La vie semble tourner en rond mais c'est justement le chemin des souvenirs qui fait ainsi rester les aînés dans leurs repères, dans leur dignité, dans leurs chemins familiers de leur jeunesse et de leur vie de travail. C'est ce qui est encore plus beau, plus humain.

Troupeau de vaches rur'ailes

Il y a quelques priorités sur les routes de la ruralité.

Homme tracteur bleu

Il a toujours une bricole à faire, les matériels sont d'une autre époque, mais conviennent à merveille pour les petits travaux qui restent à faire, même à la retraite. Il ne perdra jamais la main. C'est si bien comme ça.

Tracteur et parasol (1)

Pas de quoi changer de tracteur? Alors pas de quoi aller en vacances! Mais avec un parasol, on peut rêver plus facilement à une belle plage de sable fin. Ou alors le soleil est moins rude quand la cabine est aérée.

P1100695

Bonjour, bonjour, tout va bien.

P1060828

Les plantations de l'automne dernier ont soif. L'été sec et chaud met les jeunes arbres en danger. alors il leur donne un peu d'eau.
 
P1100635
 
Fin Août, l'arrachage des pommes de terre. C'est le tombereau d'usage, le jardin se situe derrière la grange.

 P1100639

Elle attend que le temps passe. Guère de distractions si ce n'est la fête du village avec du monde sur la petite place dans le bourg, une fois par an. Coincée entre ses toits à cochons où elle a mis ses poules et sa grange où est attaché son chien qui aboie sans cesse, elle domine l'impasse qui descend vers la mairie. Mais presque aucun passage devant sa porte. Elle est surprise et ne sait pas quoi s'en dire, elle qui n'attendait que le temps passe encore aujourd'hui.

Autochtone de Maisonnais (1)
 

Autochtone de Maisonnais (2)

Dans ce hameau il existait un moulin, mais il a disparu depuis longtemps. Pourtant le panneau indicateur porte le libellé "moulin". C'est la toponymie qui marque l'histoire. La dernière maison où habite cet homme est bien isolée. Il a définitivement ruiné l'espoir de que j'avais de trouver un vieux moulin.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Femmes âgées Yvrac (46) copie

Elle se lève pour travailler, toucher la terre.

Femmes âgées Yvrac (59) copie

Elle ne sait pas s'arrêter, elle se couche à la fin du jour et se lève à la première lumière.

Femmes âgées Yvrac (66)

 Elle vit à faire et refaire les mêmes gestes, sans cesse, seule la grande faucille en aura raison.

_FP38964 (9)

Rien n'est gaspillé, l'herbe du bord de route pour les lapins.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Commerçant ambulant Oradour F

 

Tant qu'il y aura des ambulants, il y aura encore des villages occupés, des personnes à qui on laisse leur dignité en vieillissant dans leur maison, sur leurs racines.

 

 

407339_10150547688104178_826734177_8615584_1516074773_n

 

La perspective c'est pas d'habiter un château, c'est plutôt de travailler pour bien nourrir les animaux de cette étable et élever ses enfants du mieux possible.

 

      Battages 2004 Bussiere Badil Vue    Battages Bussiere 2004 vue 1

 

Battages Bussiere B 2004 vue5

Battages Bussiere vue 3

Battages tableau complet 2004

Moissonner, récolter et battre, la plus belle saison.

Portrait battages 2004 Bussiere b

 

MOISSONS VILLEBOEUF (2)

 

MOISSONS VILLEBOEUF (4)

 

Manot tracteur Aout 2012

C'est une rencontre familière sur les petites routes de campagne. Il faut partager et c'est bien comme ça. Au moins, ce ne sont pas dans les bouchons que l'on perd du temps.

P1060271

Il a pris la petite route du bas. Il est parti chercher des betteraves pour le cochon dans une vieille grange de l'ancienne ferme de ses parents. Pas de circulation importante, juste quelques voisins agriculteurs retraités qui vont et viennent, qui comme lui élèvent encore quelques animaux pour le plaisir et une bonne nourriture.

Pissenlits st ouen

Les pissenlits, plantes comestibles publiques.
 
 

Femmes âgées Yvrac (39)

La gamelle est ancienne, elle vaut pour être utile depuis si longtemps. La garder le plus longtemps possible est gage de mieux vieillir.

 
Homme en bleu Mouzon
 
 
 

Paysan entre vaches

C'est une photo récente, mais un retour vers le futur n'est pas exclu, même en photo!

 

 empreintes rurales sur Ipernity  empreintes rurales sur Ipernity (9)

Son mari s'en est allé, et rien n'a bougé dans la grange. Nous on allait y chercher du lait dans les derniers temps, les bidons sont accrochés en dessus des crèches des vaches, un balai en genêts, des outils, l'échelle en bois, rien ne bouge plus, tout s'est figé et Madeleine, seule, éprouve des difficultés pour marcher.

D'ailleurs ses voisins anglais viennent tous les matins voir si elle n'est pas tombée. Et puis ils en profitent pour lire le journal et parfaire leur français. Madeleine  essaie de leur faire comprendre quelques nouvelles de la région autant qu'elle le peut, ça lui passe un moment...

 

A petits pas, elle fait sa promenade de santé. Le médecin lui a dit de le faire le plus souvent possible pour garder un peu d'autonomie. Il ne fait pas très chaud mais il y a du soleil, alors il faut en profiter et ne pas rater l'occasion.

 

empreintes rurales sur Ipernity (8)

 Il croyait la route longue, il arrive déjà au bout ou presque. Les enfants ont grandi si vite qu'ils sont déjà partis et lui est resté collé à sa terre, celle des ses aïeux.

 D'ailleurs il n' a pas eu le choix.

Ce chemin qu'ils ont tous fréquenté, ce chemin qu'ils n'ont pas parcouru de la même façon, mais toujours aussi bien qu'ils ont pu, comme ses ancêtres.

Voilà, c'est là que s'arrête son histoire, leur histoire, car aujourd'hui, justement, ses enfants prennent des boulevards à une vitesse folle, mais plus cette petite route de campagne comme lui.

Il est fier d'avoir pu donner, grâce à son devoir accompli, la chance à sa descendance de pouvoir filer sur les grands boulevards de leur vie.

C'est bien ailleurs que l'on doit faire sa vie aujourd'hui, toujours plus loin toujours plus vite. Il sait qu'il est le dernier à emprunter ce chemin, il en use et en abuse pour retrouver ses plus beaux souvenirs, ceux d'avant, de la tranquillité mais du labeur.

Il aime à y penser souvent.

 

 

 empreintes rurales sur Ipernity (4)

Emilie, Emma, Florence, Marion, l'insouciance dans la campagne Périgourdine.

 Le temps était beau, il est passé, on a tous vieilli, les uns et les autres, les uns plus que les autres?

Les enfants ont eu des enfants, je suis devenu grand-père, mon grand-père à moi il était formidable, je m'en souviens comme quand j'y étais, devant sa cheminée décorée d'étains d'éclairage et des pots de sel, poivre, et chicorée.

Le plus beau c'était le poste à transistors, lumineux aussi, avec toutes ses stations du monde entier, si grand quand on est petit.

 

La seule "fausse note", c'était celle de la pendule et des poids qui descendaient inexorablement, un tintement un peu "vieux" et trop "lent", qui ressemblaient trop à pépé et mémé. Moi je voulais courir, voler, faire, faire et faire encore. C'est ce que j'ai fait, mal ou bien, mais ce temps est passé en courant, en volant, en si peu de temps !

A mes filles Florence et Emilie.

 

 

 empreintes rurales sur Ipernity (3)

En coeur d'hiver, les hérons sont en période d'approche amoureuse, un rayon de soleil les illumine en fond d'étang, loin de tout regard.

 

  

empreintes rurales sur Ipernity (6)

La vie s'effiloche inexorablement, les coups de vent ont déjà emporté des morceaux d'existence. Le coeur est à vif pour l'un pendant que l'autre a mieux supporté le temps et les agressions.
Tout s'efface, rien ne résiste. Il y a seulement des vies un peu plus courtes, un peu plus longues, un peu plus belles, un peu plus moches, beaucoup plus ternes, beaucoup plus colorées, des vies et des morts plus ou moins justes.

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (7)   empreintes rurales sur Ipernity (10)

 

Le meunier du moulin de la pierre à Vilhonneur. L'eau entraîne le mécanisme qui va donner l'énergie pour scier de la pierre blanche, cette pierre calcaire pure au coeur des sites préhistoriques très riches de la région, une pierre qui orne des sites prestigieux dans le monde entier, et ce meunier qui la taille pour faire naître des oeuvres contemporaines.

 

 

Un village creusois comme bien d'autres, des retraités paisibles qui se rassemblent sur un  banc de la place et y partagent les nouvelles du voisinage. Ah ! un photographe, qu'est ce qu'il peut bien vouloir à nous prendre en photo comme ça!

Comme dans tous les villages, ça se passe comme ça, la vie c'est comme ça, les gens parlent, ils se disent des choses comme ça, comme ça.

 

 

 empreintes rurales sur Ipernity (12)

Elle a commandé sa remorque de bois, son voisin lui a laissé et elle la vide pour qu'ensuite son fils vienne scier les 4 stères pour alimenter la cuisinière. Elle ne se chauffe qu'avec ça, sa chambre est juste à côté de la cuisine, l'hiver, elle laisse la porte ouverte entre les deux.

 

 

 empreintes rurales sur Ipernity (14) empreintes rurales sur Ipernity (16)

 A petits pas, elle fait sa promenade de santé. Le médecin lui a dit de le faire le plus souvent possible pour garder un peu d'autonomie. Il ne fait pas très chaud mais il y a du soleil, alors il faut en profiter et ne pas rater l'occasion.

 C'est un plaisir sensuel que de faire son jardin, d'y modeler le nécessaire quotidien et de le parcourir et l'admirer heure après heure. Elle y vit continuellement aux meilleur de la belle saison.

 

  empreintes rurales sur Ipernity (13)

Marcou, c'est l'histoire locale. il veut savoir et il veut toucher l'existence, celle qu'il n'a pas vue ou qu'il a côtoyée dans son enfance. Quand il ne sait pas il recherche, il est avide de connaissance et après il raconte. Sa maison, enfin... son ancienne maison, c'est un musée de l'outil populaire et traditionnel. Il n'y a plus de place pour y vivre, seulement pour se souvenir et garder la mémoire. Bien sûr il y a les armes, c'est par là qu'il a commencé, mais m s'est  vite enrichi de tout ce qui a "meublé" la vie d'autrefois. Il raconte encore et on ne s'ennuie jamais. C'est un sanctuaire, et au milieu un homme formidable et rare, Marcou, Il est si bon de le fréquenter.

 

empreintes rurales sur Ipernity (11) 

Quelques châtaignes, cette bonne odeur qui rappelle les veillées d'autrefois. Avec ces bonnes histoires, ces contes anciens, ces fables et légendes d'un autre monde.

Il faut bien rêver encore.

 

chemin chien et femme

Les chiens, ah les chiens, les fidèles et dévoués compagnons, ils n'ont d'yeux que pour leur maître, ils les défendent, ils les aident à garder les troupeaux comme ce berger australien ici, et quelquefois tracent le chemin à suivre, certes par habitude mais également pour prévenir les éventuels perturbateurs qui se trouveraient sur le parcours. 

 

 Abel et Toto (6)

Abel s'en est allé. Sa femme est décédée, lui n'a pas survécu à la nuit qui a suivi. Ils ont fait le dernier chemin ensemble, et sont allongés l'un près de l'autre jusqu'au bout du temps.

 

St Aubin de Nabirat Mars 2011 (1)

Entretenir son patrimoine, c'est un devoir ressenti par tous les ruraux qui eux-mêmes ont reçu le leur de leurs aïeux, de belles fermes souvent qui ont hébergé des familles entières et les ont fait grandir.

 

gens de terroir mars 2011

Le temps est loin, le temps est long. Derrière la belle jeunesse, la naissance des enfants, le travail d'arrache-pied, le village qui bouillonne, les fêtes et la vie quoi! Après cette bonne promenade dans mes beaux souvenirs, sur ce bord de route qui me ramène à la maison, au bout là-bas, je trouve que le fossé se rapproche, il est de plus en plus proche.

empreintes rurales sur Ipernity (17)

 Jouez hautbois, résonnez musette. 

Transport pour fabrication de piquets,

 

il y a des clôtures à consolider.

 

Manot tracteur Aout 2012 (1)

Toujours à faire, un peu moins et pas si fort. Mais faire, c'est important pour ne pas penser qu'on pourrait ne plus faire du tout.

Motoculteurs collection (1)

Passage en revue de la colonie des motoculteurs. Beaucoup d'heures de combats, des milliers et des milliers de tranchées, de terre retournée, glaise, argileuse, calcaire et caillouteuse, des centaines de jardins cultivés, aussi des tonnes de nourriture offertes. Bombez les torses, accrochez les médailles!

 

 

DSC_0088

Refaire l'époque du labeur, le chemin des champs, le retour dans le passé, juste une belle balade.

 

 

 empreintes rurales sur Ipernity (19)

Quand il était jeune!

Il porte cette photo et la montre fièrement, il avait 20 ans.

Albert, 100 ans, cheminot limousin, seul mais autonome, il va faire ses courses dans le bourg à pied. Mais il ressasse sans cesse cette jeunesse qu'il a perdue. Mon cher Albert, quelle chance tout de même de pouvoir la montrer encore.

 

 empreintes rurales sur Ipernity (18) empreintes rurales sur Ipernity (20)

Lucie c'est sa vie ce bistrot, les beloteurs de 16 heures, chaque jour. Nonagénaire, elle construit ses journées à attendre une poignée d'habitués, ses nuits à lire des bouquins quand elle n'arrive pas à dormir. Elle pleure un peu, quand l'histoire est trop triste.

Son projet ? "Un de ces jours, il faudra bien passer la porte !!!"En attendant, elle vit avec ses bonnes habitudes, devenues vitales, et elle se souvient de sa jeunesse, de son amour de mari, gai et blagueur, avec qui ils ont tout fait pour gagner de quoi bien vivre.A 90 Noël, la vie est aussi un cadeau, un beau cadeau.

 

Postés devant leur maison en guise de salon estival, le couple vit au rythme du hameau, des passages, des rencontres et des bavardages du voisinage. L'hiver devient long ensuite, très long!

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (21) 

Un peu de ménage en bord de maison, Février se termine, il est temps de faire place à de nouvelles naissances végétales. La vie va se déployer, reprendre son cycle.

 

empreintes rurales sur Ipernity (22) empreintes rurales sur Ipernity (23)

Une belle journée d'hiver, c'est le moment  de se sortir de devant la cheminée et avec son chien de faire une belle virée sur les hauts de la commune.

Et voilà Jeff, votre serviteur, épicier ambulant, de retour chez vous. C'est Mercredi, il est 10h30, il est légèrement en retard, Hélène qui lui a offert un café avait un peu plus à dire que la semaine dernière.

Le "Louis" a fait une attaque, elle lui avait dit qu'il fallait faire doucement maintenant, alors qu'il continuait à bêcher sans rien sur la tête.

Bon, quelques pâtes, un kilo de sucre, des sardines tiens !, non pas de fruits elle commence à en avoir au verger.

Allez, à la semaine prochaine, s'il y avait des bons melons par hasard, il faudrait m'en porter. Merci, au revoir!

 

 

6775372

Portrait d'un homme honnête, travailleur inlassable, bon père de famille, affable et bon voisin, éleveur de bovins limousins et laboureur de la terre du pays. La face de ce portrait, c'est une belle ligne de vie, une paume magnifique et digne, imposant le respect avec des traces d'une vie difficile et bien remplie, généreuse aussi, ayant tenu l'outil avec courage et la volonté farouche de faire vivre une famille qui lui rend bien l'amour qu'il leur a donné depuis si longtemps.

  

empreintes rurales sur Ipernity (24)

Aux antipodes du stress et des objectifs de production nécessaires à la rentabilité d'une société qui ne respire que par des gains de productivité accrus pour faire face à une décrue du produit intérieur brut et à la flambée des taux d'intérêts contraires à un effort d'investissement inéluctable pour une mécanisation indispensable favorable la compétitivité pour dégager un résultat net capable de maintenir un maintien de l'emploi raisonnable, cet homme mène un train de sénateur, perché sur sa bicyclette, et se dirigeant vers son foyer, chargé sur son porte- bagages de quelques légumes qu'il vient de prélever dans son champ.

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (26) empreintes rurales sur Ipernity (28)

Un coup de balai dans la cour, c'est la fille du meunier, ici en Haute Vienne à Cussac. Le meunier n'est plus, le moulin se visite comme un musée, les jours de Fête du Patrimoine. La cour sera propre pour accueillir des centaines de visiteurs nostalgiques. Elle a vu les charrettes descendre les sacs de grain dans cette cour, son père écouter le débit de l'eau et se lever la nuit pour régler l'écluse. Elle a entendu les mécaniques et s'est endormi avec, les mêmes nuits d'été, elle les entend encore alors qu'elles se sont tues à jamais. 

 

Bistrot de haut pays. 1400 m d'altitude, Brion , Puy de Dôme, devant rien. Un foirail estival et ancestral en pleine montagne, à tous les vents. En dessous un hameau de quelques maisons de paysans auvergnats rompus aux congères hivernaux, éleveurs de vaches Salers et fabricants de fromages Saint Nectaire et Cantal. Un bistrot désert à la mauvaise saison qui est bien longue.

 

 

 empreintes rurales sur Ipernity (27)

 C'est la rencontre des souvenirs, ce lavoir au bord de la Tardoire.

A droite là, c'était Mme Untel, après Mme Chose, de l'autre côté là bas, Mme Machin et puis à côté Mme Truc, et on lavait  quelquefois pendant la coupure de l'usine à midi après avoir mangé sur le pouce. Elle est seule au milieu de souvenirs de 50 ans et à 80 ans elle aime à revenir faire son linge, quand la rivière est propre...

 empreintes rurales sur Ipernity (29) 

André, c'est un beau roman, c'est une belle histoire. Là il s'est assis pour boire un coup, de son vin si doux issu de sa  vigne tant ménagée. Certes, à 75 ans, il ne peut plus la sarcler comme avant, il y a un peu d'herbe en fin d'été, "pourtant elle ne donne pas autant si elle n'est pas bien entretenue".

C'est vrai qu'il est bon son vin!

Assis là en milieu de table, chez lui dans cette maison noircie au feu de la cheminée, unique moyen de faire sa cuisine depuis toujours, il se sent bien, prend un moment de repos. Après il va faire la traite de ses 2 vaches à la main, faire téter son veau annuel avant de le vendre, soigner ses 12 lapins pour qu'il élève pour l'année, donner du grain à ses 15 poulets cheptel annuel également, donner un peu de lait aux 4 chats qui tiennent la vermine des rongeurs à distance, et il écoutera un peu la radio pendant le repas et ira ensuite se coucher pour pouvoir se lever à 6 heures demain matin. Il reprendra alors son chemin, sa pénitence, celle qui lui assure de payer la différence entre ce qu'il touche de retraite et ce qu'il doit payer à la maison de retraite où se trouve sa soeur, qui elle non plus ne touche pas assez cumulé avec son frère. Alors, tant qu'il pourra, André continuera autant qu'il pourra pour payer ces 450 euros qu'il manque chaque mois pour régler la maison de retraite de sa soeur.

Sans autre commentaire.

 Andr__porttrait__1_

André vache rentre

Et puis rentrer les vaches, faire la traite, comme ce matin, comme hier et demain, c'est harassant mais c'est indispensable. Parce que la matière vivante c'est le respect et même l'amour que lui porte l'éleveur. Même que...si.

André (10)copie

Anfré se souvient qu'il y a peu de temps encore il avait ses 2 vaches!

empreintes rurales sur Ipernity (30) empreintes rurales sur Ipernity (31) 

Il va faire le mélange et préparer la bouillie bordelaise dans ce seau en plastique pour en administrer à la treille de la grange et aux pommes de terre dans le jardin derrière la grange. 

C'est un rituel, depuis 50 ans. 

 

La culture du tabac, comme l'exploitation agricole est une activité où chacun a sa place, logiquement et aussi passionnément, parce qu'ils sont nés dedans, et qu'il y a un patrimoine à sauvegarder. C'est marital et fondamental.

 

empreintes rurales sur Ipernity (32)

Georges, il a tant pêché la rivière Espérance, la Dordogne, qu'il a quelques complications dermatologiques au visage. Tout jeune, avant de s'affairer à la culture de la truffe puis à l'huile essentielle de lavande, il a tant et tant subi les réverbérations de l'eau. Il pêchait pour vendre et gagner sa vie. Il a 91 ans, et fait toujours bouillir l'alambic avec ses fleurs de lavande.

empreintes rurales sur Ipernity (33)empreintes rurales sur Ipernity (34)

L'hiver sera rude, c'est sûr, tout ce bois mort ne sera pas perdu, il allumera la cheminée au petit matin, après les nuits froides et redoutées, parce qu’à son âge on craint toujours que ce sera le dernier. Et puis quand le printemps revient de nouveau, on se dit qu’on a bien fait de ne rien laisser perdre, parce qu’on ne sait jamais, il y aura peut-être encore un nouveau dernier hiver.

 

Elle va laver son linge dans la rivière, à l'eau vive et au savon de Marseille.

 

_FP38590copie

Qu'il devient difficile de remonter de la rivière après la lessive!

 

empreintes rurales sur Ipernity (35)

 Toutes semaines, sans exception, la deuche parcourt les 3 km pour venir faire les courses au marché du village. Elle s'en porte très bien.

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (37) empreintes rurales sur Ipernity (36) 

Autrefois, la bicyclette était le moyen de communication le plus utilisé. Dans les chemins de chlorophylle, il y avait du monde en  roue libre, des salutations à une main, des arrêts imprévus pour échanger avec le voisin, se donner les nouvelles du coin, c’était pour les voyages aux champs de labeur, l'outil sur le porte-bagages. Le soleil donnait l'heure, la circulation en dépendait. C’était bien, c’était durable et ça n’a pas duré longtemps…pas assez. 

Pour aller quérir un peu d'herbe plus verte, il faut changer d'enclos. La route est le meilleur moyen d'accès bien entendu, c'est même du luxe.

 

  

empreintes rurales sur Ipernity (38) 

Il a gardé son tracteur d'époque.

Comme il a aussi gardé la forme et la santé, il fait un très grand jardin, plus minutieux que les champs d'antan, ce qui lui garantit un emploi du temps conséquent, gardant aussi le contact avec sa terre nourricière et son attachement à l’éducation qu’il a reçue et surtout à ce qu’il a toujours su faire.

 

Homme 89 ans Les Plaisirs Les Cars (5)

Le doyen du hameau est très jovial devant son jardin. En fait ce hameau se nomme "Les Plaisirs", commune de Les Cars en Limousin. Ceci explique cela.

empreintes rurales sur Ipernity (39) 

 C'était l'endroit on dans une cuve en fer on faisait bouillir les pommes de terre où les topinambours pour donner à manger aux cochons. Sous la cuve, il y avait un petit four pour allumer du bois et faire chauffer la charge de l'eau.

Quelquefois cette bonne odeur de cuisson est restée, ou on l'imagine, c'est peut-être cela qu'elle est venue chercher ici. Les enfants venaient à l'heure du goûter déguster ces patates fumantes et délicieuses.

 

 empreintes rurales sur Ipernity (40)   empreintes rurales sur Ipernity (41) 

Une belle ambiance d'autrefois, les murs blancs des toits à cochons, un grenier ouvert et un paquet de divers bouts de bois capables de bricoler tout et n'importe quoi, à l'ombre d'arbres vivaces et bien entretenus.

 

La mécanisation a enlevé ce calme olympien et estival de la période des moissons, où on entendait presque le vol d'un oiseau qui passe ici sur le convoi. Mais il reste cette belle saison et cette odeur de paille caractéristique.

 

 

  empreintes rurales sur Ipernity (42)

Claude était chef d'entreprise, il a lutté pour maintenir l'emploi de sa structure, il y a même laissé sa santé, victime d'un infarctus. Las, il a tout laissé tomber, après qu'à son tour sa femme le quitte. Il a tout lâché, maison, pays, médicaments, tout, las. Et il a pris la route qui amène nulle part, la route qui n'arrive jamais à bon port, où personne ne l'attend plus, sauf au dernier bout, à la fin de la pénitence. Mais pourquoi ?

 

  

empreintes rurales sur Ipernity (43) 

Soleil de plomb, même son âge ne l'arrête pas. C'est comme ça, seule sa fin de vie viendra à bout de ce désir de prolonger toujours l'existence de ce qu'il a entrepris. La culture c'est sa culture c'est son besoin vital.

 

empreintes rurales sur Ipernity (44) empreintes rurales sur Ipernity (46)

Toute cette herbe de bord de chemin fera l'affaire de cette femme qui en nourrira ses lapins et un peu ses poules avec un brin de chlorophylle publique. Economiser et ne pas gaspiller, c’est son crédo et son éducation. 

Ramasser du bois mort pour allumer le feu qui s'est éteint dans la nuit, c'est son obsession pour le prochain hiver.

 

 empreintes rurales sur Ipernity (48)

Haut perchée, cette promenade à Vaux-Lavalette donne de l'air et du sens à cet homme et son chien. Située sur une crête qui descend vers Gurat, la route domine une belle vallée agricole où il est aussi agréable de promener son oeil.

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (45)

Devant le pêcheur, l'eau ne passe pas, elle s'écoule. Comme un symbôle, elle lui dit que le temps ne s'est pas vite passé, il s'est simplement écoulé, et qu'entre les peines il y a bien eu des joies, que la paix d'une rivière se mérite pour s'y ressourcer et méditer.

 P1060828

Les plantations de l'automne dernier ont soif. L'été sec et chaud met les jeunes arbres en danger. alors il leur donne un peu d'eau.

P1100635

Fin Août, l'arrachage des pommes de terre. C'est le tombereau d'usage, le jardin se situe derrière la grange.

empreintes rurales sur Ipernity (47)

 André n'a plus la force de grimper la belle montée de Chez Vincent, ça ne fait que descendre pour aller faire ses courses, et bien entendu pour revenir il lui faut plus longtemps. Mais c'est prévu comme ça, le temps peut attendre un peu.

 

_FP38973 (63)

Trop forte la montée, surtout avec un sac de grain pour la volaille sur le porte bagages.

empreintes rurales sur Ipernity (50)     empreintes rurales sur Ipernity (57)

C'est une petite route qui fait le tour du village et rejoint le cimetière, un homme s'y promène et fait le constat de la bonne régularité du débit de la source qui alimente l'ancien lavoir en contrebas. Il se contente qu'il y a toujours de l'activité. Il va continuer son chemin paisiblement tout en se souciant que jour après jour il va plus lentement, le souffle court, encore plus court.

 

Le temps est long, la réflexion est lourde, la retraite n'est pourtant pas signe de vieillesse, pas toujours.  Mais que le temps est long, si on n'y pense trop, seul.

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (53)

C'est une petite route en montagne russe qui serpente entre tournesols et bosquets, menant de hameaux en hameaux, fréquentée par les engins agricoles, mais aussi par ces ruraux qui préfèrent les odeurs et les couleurs qui diffèrent selon les saisons..

empreintes rurales sur Ipernity (51) 

Pour aller au champ situé devant le moulin de la Brégère, il y a ce petit pont de construction gallo romaine. Le meunier s'y promène tranquillement, et y fait son tour du propriétaire.


empreintes rurales sur Ipernity (52)

La bonne odeur du pain s’est évaporée, c'était du bon pain, d'ailleurs pas besoin de vitrine pour en faire la réclame, chacun savait que la mie était tendre et la croûte dorée. Mais faute de clients disparus au fil du temps, loin de tout dans ce Limousin granitique, le boulanger n'a pas trouvé de successeur, et le fournil a baissé pavillon.

 

empreintes rurales sur Ipernity (54) empreintes rurales sur Ipernity (55)

Un clocher qui sort de terre, une grange, des champs, un village de Charente, frais, végétal, guilleret.

 

Au coeur du bourg, les premières rencontres matinales font l'objet de véritables conférences sur la météo ou l'état de santé des voisins.

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (56)

Dans les bras de sa brouette il ira moins. Sa compagne de jardin reste plantée là comme un bac en peine, regardant s'éloigner son guide comme s'évapore une alliance ancienne et forte. De là à lui tourner le dos délibérément, elle n'en revient pas. C'est à mettre sur le compte de l'âge, pas de la déception. Elle a trop fait pour lui.

Elle est symbolique cette brouette vide et cet homme qui s'en éloigne, gagné par l'âge et par un corps moins résistant.

 

empreintes rurales sur Ipernity (60)

Elle est descendue du village avec son vélo, c'est un trajet combien de fois accompli !!!

Elle sarcle, l'herbe est son ennemie.

Tant qu'elle pourra, elle ne pourra se résigner à voir le chiendent gagner sur sa culture.

C'est comme ça!

 

cerclier daniel charras forestival


 

empreintes rurales sur Ipernity (61)   empreintes rurales sur Ipernity (59)

Daniel, cerclier  comme son père et son grand-père, pratique cette activité depuis toujours, un peu plus depuis qu'il n'est plus facteur. L'activité était très présente dans la forêt d'Horte en Charente, les cercles étaient autrefois destinés aux fûts et barriques cognaçaises. Aujourd'hui, le seul créneau de production est pour le vignoble du Bourgogne, resté fidèle à la notion d'esthétique pour ses chais.

La cabane en bois appelée loge est typique, faite de barres de châtaigniers tressées, et de barres plus grosses pour l'ossature, et couverte de copeaux issus de la confection des cercles à l'aide d'une plane qui vient buter sur un tablier de bois ceinturé sur le ventre de l'artisan.

Très souvent, le cerclier avait un ami printanier dans sa loge en coeur de forêt. C'était le roitelet qui venait y bâtir son nid dans le fond de l'abri et y chercher sa protection.

Les forêts de châtaignier étaient peuplées de loges, surtout en Limousin Périgord et Charente des contrées de cette essence de bois.

 

 Un panier à la main en repartant du cimetière, quelques fleurs naturelles qui ont été déposées sur la tombe, c'est le devoir de mémoire, en espérant, que la même habitude se pérennise pour leur compte, mais, comme ils disent, "chacun fera comme il voudra !" C’est le souvenir qui compte.

 


 

empreintes rurales sur Ipernity (62) 

Auguste est âgé, très âgé, bien valide à 94 ans, mais il a perdu la notion de l'argent, alors il accumule des objets inutiles, il a peur de manquer, il récupère tout ce qu'il peut, pourtant il n'allume plus la cheminée, il n'ouvre l'eau qu'avec parcimonie. 

C'est dommage qu'il ne profite pas de la fin de sa vie convenablement, tous les voisins ont essayé de le convaincre, d'y mettre du sien, en vain. 

Auguste a disparu aujourd'hui, il n'avait pas d'enfants. 

Auguste, un brave homme qui n'a jamais fait de mal à personne, qui a mené une vie simple et discrète.  

C'est une histoire qui ressemble à beaucoup d'autres.

 


 

empreintes rurales sur Ipernity (63)

A gauche Jojo, à droite Marcou.

Deux amis de fortune, des inséparables. Marco attache Jojo quand il a de la visite tellement il est hospitalier et généreux dans l'étreinte. Le reste du temps, c'est la fidélité qui est le principal atout de Jojo, et sa présence quand Marco a le bourdon, seul dans sa maison familiale, où ses parents l'ont fait grandir. Une demeure farcie d'objets anciens avec des souvenirs forts et attachants.

 

empreintes rurales sur Ipernity (64)

Tant qu'on peut la faire, la vigne reste sacrée.

Elle était autrefois le gage du travail. On s'offrait le "sang du seigneur" en contrepartie du labeur.

Et c'était même un moyen de travailler plus dur et plus longtemps, une sorte de dopant. Avec les fruits, on faisait de l'eau de vie, et on en buvait aussi pour les mêmes raisons.

 

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (65)

L'hiver c'est dedans, l'été c'est devant. On l'appelle le chien de paille. Il y est toujours "Colley".

 
 

empreintes rurales sur Ipernity (66)

Diane, ma soeur Diane, ne vois tu rien vieillir ?

Inusable la camionnette, son chauffeur revient de la coopérative chercher des sacs de grain pour les poules. Muni d'un diable, il est parti ranger le premier sac dans la remise. Elle n'est pas jeune la voiture, mais elle roule beaucoup moins depuis sa retraite. Elle va durer encore, et ce bleu charrette lui va si bien !

 

empreintes rurales sur Ipernity (68)

Auguste a quitté son village, jusqu’à la fin ou presque il parcourait encore ses 2 ou 3 ou 4 km quotidiens, souvent pour ramasser du bois mort, pour sa cheminée, unique moyen de chauffage. Il avait 95 ans.

Son village s'appelle Charmant, il l'était aussi.

 

empreintes rurales sur Ipernity (69)

A son âge, on fréquente plutôt la maison de retraite si on y arrive. 91 ans, il hume et déguste son géranium rosat qu'il n'arrose jamais.
Mais bon, après avoir été l'expert régional de la truffe, il est resté dans les fragances avec la lavande avec laquelle il produit des huiles essentielles pour des produits de massages notamment. L'alambic est dans la, maison. Son monde est un univers coloré et riche de sensibilités olfactives, tout en finesse.

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (70)   empreintes rurales sur Ipernity (72)

Elle pique, elle brode elle coud, sa Singer ronronne pour que belles elles soient.

 

C'est le bistrot des célibataires, des isolés dans la vie, ceux qui trouvent ici un peu de réconfort en partageant les joies et les peines, apprennent les petits malheurs des autres qui traduisent que ça n’arrive pas qu’à soi et qui rassurent somme toute.

De quoi parler enfin, d'être un peu moins seul, et surtout, surtout, d'écouter un petit d'air d'accordéon quand le patron sort son piano à bretelle pour rappeler un air de "Java Bleue", ou de "Petit Vin Blanc" quand les filles étaient belles du côté de Nogent ...


 

empreintes rurales sur Ipernity (71)

Toujours gai, passionné de vélo, jeune au temps des Coppi, Koblet, Bartali, mûr pour Poulidor, Anquetil, Gimondi, âgé pour Hinault, Lemond, Fignon, il a passé son dernier col avec Amstrong, Contador, Shleck, et puis il est tombé dans la descente, sa gentillesse me manque.

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (73)

Le facteur est passé depuis ce matin, mais il faisait un peu frais pour sortir.

A cette heure, en ce milieu d'après-midi, le vent est tombé, Il y a un peu de courrier, de quoi occuper un peu de temps, un petit regard circulaire en coeur de hameau, rien ne s'est passé d'extraordinaire depuis hier.

 

 empreintes rurales sur Ipernity (74)

La visite chez la voisine est un rituel immuable, elle coupe un peu au travers du jardin du voisin, ça évite la route, pas très passagère, mais on ne sait pas ce qui peut arriver quand on est moins sûre de ses réflexes.

 

empreintes rurales sur Ipernity (75)

Devant l'église un beau jardin, il faut s'y tenir au printemps, et c'est resté un plaisir de produire les meilleurs produits puisque ce sont ceux de son jardin, cela va sans dire.

 

empreintes rurales sur Ipernity (76)  empreintes rurales sur Ipernity (78) 

Une ombre est portée, sans choc, sans toque, c'est l'ombre du mouvement qui indique qu'il y a quelqu'un qui cherche à voir quelqu’un.

Cognez et le loquet verra si son action apporte un désir réciproque.

A savoir !!!

 

 

Courbé mais heureux de pouvoir travailler encore, comme toujours.

S'il doit arrêter, ce sera fini, sa vie ne ressemblera plus à rien

L'inutilité c'est la mort.

 

 

 

 

 

empreintes rurales sur Ipernity (77)

 

Elle sourit à la vie, car il faut se rendre à l'évidence, sa fille est elle arrière grand-mère, ça pousse quand même au taquet ça!

A plus de cent ans, on ne compte plus, et alors c'est beau la vie !

 

 empreintes rurales sur Ipernity (79)  empreintes rurales sur Ipernity (81)

1300m d'altitude, Brion est un lieu de foire à la tradition ancestrale, au milieu de nulle part, sur le Cézalier, presque rien d'autre qu'un village de quelques habitations de paysans auvergnats, élevant des Salers et produisant du Saint Nectaire et du Cantal.

Presque rien, mais tout un univers floral et animal rare, unique au monde. Un écrin formidable, une source de jouissance de la vie.

Les grands moyens, les grands espaces. Un jardin de paysan c'est toujours un grand jardin. Les outils sont adaptés à cela. Au motoculteur d'un amateur, on utilise l'ancien tracteur de l'exploitation, lui aussi en retraite en quelque sorte.

 

DSC_0059

Père et fils, éleveurs de Salers sur le plateau du Cézallier, 1200 m d'altitude, au plus dur de l'Auvergne.

 

empreintes rurales sur Ipernity (80)

L'une au jardin, l'autre traverse le chemin, la troisième en profite pour un voyage littéraire en tripode, voyage qui tend à rapporter simplement  des petits effets sur la condition de chacun.

C'est un début de jardin, au bord d'un champ, avec cette notion de grand espace, au delà du réel pour un citadin ordinaire, le voisin est loin.

 

 empreintes rurales sur Ipernity (86)  empreintes rurales sur Ipernity (88)

De la Soule au Béarn, de Kakouetta à La Pierre Saint Martin, les paysages sont grandioses.

empreintes rurales sur Ipernity (87)

 Les Soulétins vivent dans cette 7ème province basque à la langue particulière qui partage 300 mots identiques au Géorgien.

 

MOULIN de Basaygues CANTAL baudy 13 Juin 2011 (173)

 

 

 promenade sous bois homme tableau

 Refaire le chemin, les forces s'etiolant, en mesurer la longueur et le parcours.

 PROMENEUSE DEVANT BOULE DE FOIN MARTHON JUIN 08 (1)

 Entre les boules, ça roule et la vie coule et c'est cool. (s'écoule).

 

femme sur machine agri jan 2013

Les petits chemins des tâches quotidiennes, toujours les mêmes, comme si de rien n'était, aller chercher les moutons et les rentrer à la bergerie. C'est l'itinéraire, le rituel qui permet de penser que l'on est encore capable et utile.

femme promenade difficile

Marcher encore, s'accrocher à cette terre aujourd'hui plus ingrate avec l'âge, cette terre tant aimée quand elle a donné de quoi nous faire vivre. Marcher entre ces prés où nos bêtes broutaient et donnaient le lait que l'on vendait, ce lait qui aujourd'hui ne vaut plus rien, comme moi qui suis si usée d'avoir tant fait.

 gens de terroir mars 2011 (1)

Le moindre passant est un mystère, le moindre geste l'étonnement de voir quelqu'un ici, et de savoir pourquoi venir jusque là, où tout est d'une banale habitude, un recommencement quotidien qui ne s'est jamais interrompu.

Grassac Chateau d'horte avril 08 (8)

Les ruines du château survivront à celui qui ne les voit plus depuis longtemps tant il est coutumier de cette promenade. Les hommes ont construit au delà de leurs espérances.

 

Germaine Mars 2013 (4)

Le chapeau est d'époque ou presque.

Guimps (17)

Le début du labourage...de retraité!

GERMAINE et poules Avril 09 (4)

Les 2 poules.

GERMAINE et poules Avril 09 (14)web

Les poules vont au pré.

Pont d'Agris (78)

Toujours là, toujours à faire, moins vite, moins fort, mais toujours là!

P1080820

La saison de l’écobuage, avant que la végétation ne prenne son véritable essor, les cultivateurs brûlent la nature morte. Ce que dépeint fort bien l'artiste sous d'autres formes.

P1090365

Simplement rurale, la vie s'écoule du mieux qu'elle peut. Le facteur vient de passer, les nouvelles du jour sont quelquefois dans la boîte mais plus certainement quelque facture salée pour sa petite retraite de paysan. Le chien surveille son maître qui se déplace difficilement avec sa canne, les hanches fragilisées par des années de travail de la terre. Il fait beau, c'est déjà ça, le moral est meilleur quand le soleil donne.

Dame DE Lasserre Castelnaud 91 ans Avril 2011 (5)

Dame DE Lasserre Castelnaud 91 ans Avril 2011 (4)

Quinze ans après, elle était toujours là, dans sa maison loin de tout, au bout du bout de la route, sur son piton rocheux qui domine la rivière Dordogne. Elle reste là où seuls quelques estivants peuplent les 2 beaux mois de l'année dans les 2 autres maisons en bord de voie. Elle n'avait pas changé, juste un peu de mal à me reconnaître, elle m' adit que c'était à cause de l'âge.